•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pandémie : les besoins des francophones ont parfois été négligés, dit Rochelle Squires

Un plan rapproché du visage d'une femme blonde avec des lunettes.

La ministre des Affaires francophones du Manitoba, Rochelle Squires.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Le rapport annuel sur les services en français du Manitoba fait état d’une explosion du nombre de plaintes et d’un recul en ce qui concerne les postes bilingues pourvus. La ministre des Affaires francophones, Rochelle Squires, reconnaît que la pandémie a conduit au fait que les besoins des francophones sont parfois négligés.

Le rapport sur les services en français a été publié discrètement à la fin du mois de janvier, selon les métadonnées du document. Il s’agit du premier rapport qui porte sur une année entière de la pandémie.

Dans son message en préambule du document, Rochelle Squires explique que le gouvernement a dû agir rapidement pour comprendre de l’information en évolution constante et déployer divers processus pour protéger la population manitobaine en raison de la pandémie de COVID-19.

Dans notre précipitation à mettre en œuvre ces mesures essentielles, force est d’admettre que les besoins de la communauté francophone ont parfois été négligés.

Une citation de Rochelle Squires, ministre des Affaires francophones

Elle indique dans le rapport qu’il est crucial de tirer des leçons de cette situation et prône une meilleure collaboration du gouvernement avec la communauté francophone pour améliorer la prestation des services en français en tout temps, urgence ou pas.

Contactée par Radio-Canada, la ministre n’était pas disponible pour une entrevue mercredi.

Le nombre de plaintes a triplé

Le rapport indique qu’en 2020-2021 le Secrétariat aux affaires francophones a reçu 86 plaintes concernant les services en français, soit trois fois plus que les 29 plaintes recevables traitées en 2019-2020. Environ la moitié d'entre elles concernaient directement la pandémie.

Des plaintes ont été reçues tout au long de l’exercice, ce qui semble indiquer que les améliorations dans la planification des services en français n’ont pas été apportées assez rapidement après les premiers manquements, note le rapport.

Parmi les exemples de plaintes relatives à la pandémie, le document cite notamment la disponibilité d’information en français sur le site web de la province, l’absence de services téléphoniques en français, le fait que des sondages sont traduits trop tard et l’absence d’offre active dans les centres de vaccination.

Quant aux plaintes qui n’étaient pas directement liées à la pandémie, le rapport souligne qu'elles concernaient entre autres l’incapacité de faire une demande en français pour une carte de santé du Manitoba pour un nouveau-né, le fait que des papiers de dépistage du cancer étaient fournis en anglais seulement et la fermeture des bureaux gouvernementaux bilingues à Somerset et à Saint-Pierre-Jolys.

Augmentation de 52 % du volume de textes traduits

La pandémie a mené à une augmentation de 52 % des textes traduits en français. Le gouvernement n’a jamais autant communiqué avec le public, résume le rapport.

Toutefois, des problèmes persistent, et plusieurs facteurs contribuent aux problèmes de traduction. La modification de documents jusqu’à la dernière minute avant leur publication et les processus d’approbation de communiqués faisaient souvent en sorte que les informations étaient seulement traduites après leur publication.

Les projets réalisés par des entreprises privées pour le compte du gouvernement, tels que les portails interactifs HelpNextDoor et Student Jobs, sont aussi pointés du doigt.

[Ils] ont été conçus par des fournisseurs contractuels qui n’ont pas entièrement tenu compte de l’obligation de bilinguisme. La traduction automatique a été proposée par ces fournisseurs comme solution pour assurer les services en français, indique le rapport.

Cependant, seuls certains navigateurs offrent la traduction automatique et il n’était pas toujours évident que cette option était offerte. Dans d’autres cas, cette traduction était d’une qualité nettement inférieure à la version anglaise et contenait de multiples erreurs, poursuit-il.

Le rapport suggère que les entités publiques intègrent l’obligation de fournir un portail bilingue à leurs appels d’offres.

De même, un document servant à demander l’autorisation de créer un portail ou un site web pourrait contenir une brève section dans laquelle l’entité publique expliquerait comment elle offrirait des services en français comparables à ses services en anglais, poursuit le document.

Réduction de la capacité bilingue de la fonction publique

La capacité bilingue totale des entités publiques, c’est-à-dire le nombre d’employés bilingues, a diminué d’environ 3 % en 2020-2021. Le rapport du Secrétariat aux affaires francophones attribue cette baisse à la réduction de 6 % du nombre de personnes bilingues dans les postes non désignés bilingues.

Le nombre d’employés de la fonction publique est en baisse depuis quelques années en raison des politiques du gouvernement progressiste-conservateur.

Pour la première fois depuis que cette tendance s’est amorcée, en 2018-2019, la réduction de la capacité bilingue dépasse celle du nombre total d’employés dans la fonction publique, note le rapport.

Il met en cause des problèmes récurrents dans le recrutement et le maintien en poste de personnel bilingue. Le nombre de postes bilingues vacants a augmenté, passant de 11 % à 15 %.

Quand les postes désignés bilingues ne sont pas pourvus, l’offre de services en français en subit directement les contrecoups, souligne le rapport.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Manitoba

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Manitoba.