•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déconfinement : de la joie pour plusieurs, mais un peu d’inquiétude aussi

Luc Boileau (flou, à gauche), François Legault avec un léger sourire au centre et Christian Dubé (flou, à droite), à la table de la conférence de presse.

En compagnie de Luc Boileau, directeur national de santé publique par intérim (à gauche), et Christian Dubé, ministre de la Santé, le premier ministre François Legault a annoncé un retour à une « vie plus normale » le 14 mars.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada

Le calendrier de déconfinement présenté aujourd'hui par le gouvernement du Québec soulève à la fois de la joie et un peu d'inquiétude dans la population au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

À compter de samedi, la nouvelle limite de 10 personnes ou trois bulles familiales pour les rassemblements sera une simple recommandation de la santé publique.

L'ensemble des restrictions, sauf le port du masque, la présentation du passeport vaccinal et la distanciation sociale seront normalement levées le 14 mars.

Quelques citoyens rencontrés par Radio-Canada étaient bien heureux de cette annonce. D'autres, par contre, peuvent ressentir un peu d'inquiétude à l'idée de se retrouver sans restrictions avec le retour de davantage d'interactions sociales.

Je suis bien content, je vais aller à mon hockey demain, a débuté un homme.

Moi j’ai seulement hâte que tout revienne à la normale, qu’on soit capable d’aller partout sans avoir de restrictions, a poursuivi une dame en lien avec ce qui demeurera en place, comme le masque et le passeport vaccinal.

Que la fonction économique soit en bon état de santé, c’est sûr que c’est merveilleux, c’est formidable, mais la santé humaine est plus importante, je pense, a fait savoir un autre homme interrogé.

Moi, je pense que si on s’était servi des tests rapides depuis longtemps comme il faut, on aurait pu faire ça bien avant, a cependant indiqué une autre dame.

Joie dans les bars

Pour ce qui est des autres assouplissements des mesures sanitaires annoncés par le gouvernement du Québec, ils sont grandement appréciés par les propriétaires de bars et de restaurants, de même que par les diffuseurs de spectacles de la région. 

À partir du 28 février, les bars pourront rouvrir à 50 %de leur capacité, en fermant cependant encore à 1 h, avec un dernier service d’alcool à minuit. Du côté des salles de spectacles, elles pourront fonctionner à 100 %. 

Deux propriétaires de bars de Jonquière sondés étaient évidemment bien heureux, même s’ils trouvaient l’échéancier un peu loin.

Gros plan sur une choppe de bière déposée sur le comptoir par un barman.

À partir du 28 février, les bars pourront rouvrir à 50%de leur capacité.

Photo : Reuters / Toru Hanai

Encore des ajustements pour les spectacles

Pour Diffusion Saguenay, il s’agit d’un autre réajustement, dans le sens positif celui-là, après plusieurs reculs.

Dans les prochaines semaines, dans les prochains mois, j’ai envie de vous dire que ça va encore bouger beaucoup, mais bon tout ce qu’on peut présenter, tout ce qui est prêt, tout ce qui est prêt à venir en salle, on va être prêt à accueillir les gens, a mentionné Claudine Bourdages, présidente d’Objectif scène et directrice programmation et marketing pour Diffusion Saguenay.

Ainsi, les diffuseurs doivent s'assurer que les artistes, eux-mêmes bousculés par la pandémie, soient prêts pour les dates fixées au calendrier.

Des matchs et ultimement des tournois aussi

Les bonnes nouvelles touchaient également les sports, avec le retour possible des matchs à partir du 14 février et celui des compétitions et tournois dès le 28 février.

Avec le récent allègement des mesures, il était seulement permis de tenir des entraînements, ce qui avait mené au hockey au mouvement #OnVeutJouer sur les réseaux sociaux.

S’entraîner, c’est bien, ça fait progresser, mais les jeunes ont beaucoup de plaisir durant les matchs. Souvent, le match c’est comme la récompense des efforts qu’ils mettent pour s’entraîner. Donc, ça va aller un petit peu chercher la motivation qui manquait un peu dans les entraînements, s’est d’abord réjoui Pascal Fortier, directeur régional de l’Association régionale de soccer du Saguenay-Lac-Saint-Jean-Chibougamau-Chapais.

Le soulagement était également senti dans le monde du hockey mineur.

Ce qui nous reste nous autres à penser, à voir, c’est avec les différentes ligues quel format va prendre la saison d’ici la fin de l’année, combien de matchs on va jouer d’ici la fin de l’année, puis quel sera le format des séries et s’il y a des tournois, a poursuivi Dany Chouinard, directeur général de l’Association du hockey mineur de Saguenay.

Un homme devant une patinoire.

Le directeur général de l’Association du hockey mineur de Saguenay, Dany Chouinard

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Ainsi, la tenue de la Coupe Dodge, un championnat provincial de fin de saison au hockey, pourra se tenir au Saguenay-Lac-Saint-Jean. De 60 à 75 équipes sont attendues.

Ceci réjouit évidemment les hôteliers. L’Association hôtellerie du Saguenay-Lac-Saint-Jean avait d’ailleurs demandé en matinée un retour des événements et congrès en plus d’un calendrier précis de déconfinement.

Leurs voeux ont donc été exaucés quelques heures plus tard. À compter du 21 février, ils pourront ouvrir à 50 % de capacité, avec un maximum de 500 personnes. Puis, dès le 14 mars, il n’y aura plus aucune limite.

Retour dans les bureaux

Dès le 28 février, ce sera également la fin du télétravail obligatoire. Il ne restera alors qu'une recommandation de favoriser un mode hybride.

Nous avons besoin de nous voir, de se revoir. Nos centres-villes ont besoin de reprendre de la vigueur. C’est donc un soupir de soulagement que ce soit dès le 28 février, a mentionné Sandra Rossignol, directrice générale de la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord.

Cette demande était répétée depuis un certain temps par les chambres de commerce. Un certain équilibre devra cependant se faire, car le télétravail a changé l'organisation du travail dans plusieurs organisations, a-t-elle aussi expliqué.

D'après un reportage de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !