•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le calendrier de déconfinement en réjouit beaucoup, mais en laisse certains amers

Chargement de l’image

D'ici le 14 mars prochain, la majeure partie des mesures sanitaires seront levées (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Radio-Canada

Le plan de déconfinement graduel présenté mardi après-midi par le premier ministre François Legault est généralement bien accueilli dans l’Est-du-Québec. Malgré l'optimisme, certains ont toutefois un goût amer devant le calendrier annoncé.

D’ici le 14 mars prochain, la majeure partie des mesures sanitaires seront levées, entre autres dans les restaurants, les bars et les salles de spectacles. Les règles seront aussi assouplies en ce qui a trait aux rassemblements privés.

Les citoyens rencontrés au centre-ville de Baie-Comeau mardi après-midi s’estiment contents de pouvoir retrouver tranquillement une vie plus normale.

Ça va être plaisant, ça va faire du bien à tout le monde. On est dû là. On a respecté [les mesures], on est vaccinés à trois doses, on veut passer à autre chose, mais en étant quand même prudent, dit Simone Cyr.

Gilles Gaudreault croit pour sa part que le calendrier de déconfinement aurait pu être annoncé dans quelques semaines. Mais je suis bien content, avoue-t-il.

Par contre, la directrice du magasin Chaussures Fillion, Isabelle Dionne, est plutôt sceptique quant à l’adhésion aux mesures de déconfinement. Moi, je vais m’autoréguler, mais est-ce que la population va le faire? Je ne suis pas sûre, se demande-t-elle.

Les sportifs entendus par le gouvernement

Le président de Volleyball Gaspé, qui a pour mission de contribuer au volleyball scolaire sur le territoire de la Ville de Gaspé, souligne que les matchs et les tournois sportifs sont importants dans la vie de jeunes sportifs, en plus d’entraîner des effets bénéfiques sur leur santé mentale.

Chaque athlète a besoin de se mesurer. […] On a besoin aussi de se mesurer, puis de se rencontrer entre écoles et cégeps. Ça fait partie des joies du sport, partage Dave Lavoie.

Les enfants et les adultes pourront à nouveau disputer des matchs dès le 14 février. Les tournois recommenceront le 28 février.

Chargement de l’image

Dave Lavoie est entraîneur (archives).

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Plusieurs associations de sports amateurs du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et de la Côte-Nord se sont jointes dans les derniers jours au mouvement #OnVeutJouer, qui réclamait la reprise des matchs et des tournois.

Selon M. Lavoie, le calendrier de déconfinement permet de prévoir le reste de la saison sportive. Pour des gens comme nous, qui organisent des tournois, ça nous permet de rechercher d’avance des bénévoles pour les compétitions qui vont se tenir ici à Gaspé. Ça prenait cette prévisibilité pour aller de l’avant, croit-il.

Réouverture des bars… partielle

La Chambre de commerce et de l’industrie Rimouski-Neigette se réjouit de la réouverture annoncée des bars, mais son directeur général réclame une aide directe pour ce secteur d’activité.

Le gouvernement Legault prévoit la réouverture des bars le 28 février, à 50 % de leur capacité. La danse et le karaoké ne seront toutefois permis qu’à partir du 14 mars, en même temps que la réouverture au maximum de la capacité.

Le directeur général, Jonathan Laterreur, estime que la situation est tout simplement invivable pour les propriétaires de bars. Très franchement, il n’y a pas d’aide financière à l’horizon. De faire rouvrir ces entreprises dans un mois, on est contents, mais dans quel état? C’est la question qu’on se pose, souligne M. Laterreur.

Luc Pichette est aussi de cet avis. Le propriétaire du bar Le Campus et directeur régional de la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec rappelle que les bars sont fermés depuis le 20 décembre.

Selon lui, ce mardi marque la 364e journée de fermeture des bars au Québec depuis le début de la pandémie.

On est contents et déçus en même temps. On est contents parce qu’enfin on a une date. […] Mais on est déçus parce que c’est dans trois semaines. On ne comprend pas que dès samedi, les restrictions vont baisser pour les restaurants, explique le propriétaire du bar Le Campus.

Chargement de l’image

Luc Pichette, directeur régional de la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Il se désole de manquer l’occasion d’accueillir ses clients lors du Super Bowl cette fin de semaine.

Notre industrie ne peut plus vivre ça, conclut M. Pichette.

Selon les informations de Zoé Bellehumeur, Isabelle Damphousse et Caroline Cyr

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !