•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation des camionneurs à Ottawa : Mona Fortier défend la stratégie du fédéral

La députée fédérale d'Ottawa-Vanier, Mona Fortier.

La députée fédérale d'Ottawa-Vanier et présidente du Conseil du Trésor, Mona Fortier (archives)

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral n’entend pas accéder aux revendications des manifestants qui sont installés depuis 12 jours à Ottawa. Pour sortir de la crise, il compte sur un renforcement de la collaboration entre les autorités policières au sein d’une table tripartite.

Au lendemain du débat d’urgence tenu à la Chambre des communes et des nombreux appels de la Ville d’Ottawa et de sa police qui réclament plus d’aide pour sortir de l’impasse dans laquelle semble s’être installée la manifestation des camionneurs, la présidente du Conseil du Trésor, Mona Fortier, a maintenu la ligne du gouvernement.

En entrevue à l’émission Les matins d’ici, elle a de nouveau réclamé que cesse l’occupation.

Je veux qu’on puisse arrêter. On en a eu assez et tout le monde le dit. Les résidents méritent d’être en sécurité, et en ce moment, depuis 11 jours, les droits, les libertés de notre communauté, sont limités. Ça doit cesser, a-t-elle dit.

Pour y parvenir, la députée d’Ottawa-Vanier compte sur la table trilatérale, dont la création a été annoncée lundi, et qui réunira le Service de police d’Ottawa (SPO), la Police provinciale de l’Ontario (PPO) et les autorités policières fédérales.

Ce qui est important, ce qu’on fait, à la suite des demandes de la Ville, c’est de continuer de s’assurer qu’on travaille ensemble et de mettre les ressources nécessaires pour être sur le front, a indiqué Mme Fortier.

Des policiers de dos marchent sur un trottoir.

La Ville d'Ottawa demande des renforts policiers pour faire face à la situation.

Photo : Radio-Canada / Michael Charles Cole

La Ville d’Ottawa réclame 1800 personnes en renfort immédiatement pour sortir de la crise.

La police d’Ottawa fait beaucoup de progrès présentement, mais a besoin de renforts. Nous avons déjà, depuis le début, collaboré en apportant du soutien, presque 300 agents qui ont été assermentés pour le Service de police. Il y a également eu plusieurs troupes de police tactique, des équipes conjointes de renseignements et d’opérations, des équipes de liaison communautaire qui ont été mises en place à la demande de la Ville, et nous allons continuer [...] pour mettre fin à cette situation.

L’élue fédérale en a profité pour décocher une pointe à la province.

J’espère que la Police provinciale et le gouvernement de l’Ontario vont mettre autant d’efforts que le gouvernement fédéral. On est à un point où on doit travailler ensemble.

« Il y a eu du progrès, on va continuer à mettre les efforts nécessaires et le gouvernement fédéral va répondre à la demande [de la Ville]. »

— Une citation de  Mona Fortier, députée d’Ottawa-Vanier et présidente du Conseil du Trésor

Le gouvernement, dit-elle, va très rapidement répondre aux demandes additionnelles formulées par la Municipalité.

Un barrage de béton dans une manifestation de camionneurs.

La situation s'enlise à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Michael Charles Cole

Ce ne sera pas aux politiciens de venir dire aux autorités policières comment faire leur job. Ils sont très capables de le faire. Mais on va venir soutenir les besoins que les autorités policières nous demandent. [...] C’est pour ça qu’on veut renforcer cette table trilatérale.

Le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, devrait répondre à la demande de la Ville au cours de la journée de mardi, a-t-elle assuré.

Maintien des restrictions sanitaires

Pressée de questions, Mme Fortier s’est défendue de répondre trop tardivement et faiblement à une situation qui s’enlise et qui vise souvent directement le gouvernement fédéral.

Depuis les 11 derniers jours, je travaille avec mes collègues et avec plusieurs autres collègues, entre autres de la Municipalité, avec les entreprises, avec les groupes communautaires, pour pouvoir envoyer ce message de cesser [les manifestations], a-t-elle expliqué.

Un camion stationné le long d'un trottoir sur lequel on peut lire "Fuck Trudeau".

Depuis le début, les manifestations s'en prennent très souvent au premier ministre, Justin Trudeau, dans leurs messages.

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

La présidente du Conseil du Trésor n’a pas semblé prête à négocier avec les manifestants et a répété que les restrictions sanitaires liées à la COVID-19 vont demeurer en place.

Dès le premier jour, le premier ministre et nous avons partagé le message que nous allons continuer avec notre approche pour lutter contre la pandémie. [...] Nous avons une approche basée sur la science et c’est vraiment important qu’on continue à maintenir les restrictions sanitaires, surtout avec Omicron qui est encore dans nos vies.

L’élue ottavienne ne souhaite pas analyser les erreurs qui ont été commises depuis le début du mouvement, promettant de le faire une fois l'occupation terminée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !