•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal aura un nouveau Musée de l’Holocauste en 2025

La photo prise à contre-jour  d'un portail en fer forgé arborant un slogan nazi, avec la silhouette d'une personne passant devant.

Le portail du camp de concentration d'Auschwitz, en Pologne.

Photo : Reuters / Kacper Pempel

La Presse canadienne

Un nouveau Musée de l'Holocauste plus vaste, plus interactif et plus moderne ouvrira ses portes à l'automne 2025 sur le boulevard Saint-Laurent, en plein cœur de Montréal.

Si tout se déroule comme prévu, 80 ans se seront écoulés depuis la libération du camp d'Auschwitz lorsque la nouvelle version du musée sera inaugurée.

Certaines [personnes] ne connaissent pas cette tragique partie de l'histoire, ce qui justifie encore plus la nécessité d'un musée à la fois pour les accueillir et pour les sensibiliser à cette réalité, a dit le directeur du musée, Daniel Amar.

Le nouveau musée sera situé à la jonction du corridor muséal et du Quartier des spectacles, sur un terrain de 20 000 pieds carrés.

Il sera notamment doté de plus grands espaces pour les expositions permanentes et temporaires, d'un espace jeunesse, d'une salle consacrée aux témoignages interactifs par hologrammes, de salles de classe à la fine pointe de la technologie, d'un auditorium de 150 places, d'un espace commémoratif et d'un jardin mémoriel.

Le site du futur musée.

Le Musée de l'Holocauste de Montréal s'installera sur le boulevard Saint-Laurent, où se tient le Festival Mural l'été.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Des hologrammes pour perpétuer la mémoire

Le nombre de survivants s'amenuise, malheureusement, et dans quelques années, très peu de gens pourront témoigner, a dit M. Amar. Et à travers cette technologie [les hologrammes], on sera en mesure de conserver leur mémoire à perpétuité, de permettre à des jeunes de les questionner, même s'ils ne sont plus là, et d'avoir des réponses.

La technologie est par ailleurs incontournable si l'on veut réussir à retenir l'attention des groupes scolaires que le nouveau musée sera dorénavant en mesure d'accueillir, a-t-il ajouté. C'est pourquoi quelque 3 millions de dollars seront consacrés à ce seul aspect.

Déjà très présent en ligne, le musée doit encore enrichir cette offre pour [être en mesure] de capter l'intérêt de cette nouvelle clientèle, a souligné M. Amar.

Des études menées aux États-Unis démontrent que les jeunes qui visitent des musées consacrés à l'Holocauste développent tout de suite une forme d'empathie, de compréhension, de sensibilité par rapport non seulement à la Shoah, mais à toutes les autres formes de discrimination, a dit Jacques Saada, membre du conseil d'administration du Musée de l'Holocauste Montréal.

L'effet est positif et il est immédiat, a-t-il ajouté.

Un emplacement symbolique

Le Musée de l'Holocauste Montréal compte quelque 13 500 objets dans sa collection, mais l'espace dont il dispose présentement ne lui permet que d'en présenter une infime fraction, soit 350.

Des expositions temporaires seront aussi possibles, ce qui n'est pas le cas en ce moment, faute d'espace.

Son installation sur le boulevard Saint-Laurent est riche en symbolisme. Autrefois le foyer d'accueil de la communauté juive de Montréal, l'artère est aussi souvent perçue comme la démarcation entre l'est francophone et l'ouest anglophone de la métropole.

Il est évident que le fait d'être, disons, à la frontière entre le Montréal francophone et le Montréal anglophone ne faisait que nous conforter dans notre volonté d'être un trait d'union entre les communautés linguistiques et les communautés ethniques, les communautés culturelles, a souligné M. Amar.

C'est notre ambition d'être à la fois un musée thématique et un musée communautaire, un lieu d'échange et de rassemblement pour toutes les communautés, et surtout, pour toutes les communautés victimes de génocide. On veut que, symboliquement, elles le perçoivent comme leur musée également.

Un concours international pour trouver la firme d’architectes

En gestation depuis 2017, le projet de 80 millions de dollars est rendu possible notamment grâce aux contributions du ministère de la Culture et des Communications du Québec, pour un total de 20 millions de dollars, de la Fondation Azrieli, à hauteur de 15 millions, et de multiples contributrices et contributeurs privés.

La firme d'architectes retenue pour le design du nouveau musée sera dévoilée en juillet 2022, au terme d'un concours international d'architecture lancé à l'automne 2021 et auquel ont répondu une quarantaine de firmes.

On estime que quelque 35 000 survivants et survivantes de l'Holocauste ont refait leur vie au Canada, dont 9000 on fait le choix de s’installer à Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...