•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille de Saanich bientôt à la rue faute de logement

Un homme, une femme et deux enfants devant leur logement.

La famille McMullen-O'Dell se retrouvera à la rue le 12 février s'ils n'arrivent pas à trouver un autre logement où vivre.

Photo : Adam van der Zwan/CBC

Radio-Canada

Une famille de Saanich craint de se retrouver à la rue dans une semaine si elle ne parvient pas à trouver un logement abordable dans la grande région de Victoria en raison d’une pénurie de logements et d’une compétition féroce pour obtenir un toit.

Pour la première fois de leur vie, la famille McMullen-O’Dell contemple l’idée de vivre dans une voiture avec leurs deux jeunes enfants de moins de 10 ans.

En septembre dernier, Sandra McMullen et Conan O'Dell ont reçu une lettre leur indiquant que le propriétaire du logement qu’ils occupent depuis 20 ans voulait reprendre possession de l’endroit pour y vivre.

Depuis, la famille a cherché, sans succès, un logement de deux ou trois chambres qui pourrait accommoder leur budget de 2300 $ par mois.

« Nous allons nous retrouver à la rue. Nous avons toujours travaillé et payé nos impôts toute notre vie. Je n’aurais jamais cru nous retrouver dans une telle situation. »

— Une citation de  Sandra McMullen, résidente de Saanich

Son conjoint, Conan O’Dell, explique qu’il a été impossible de trouver un nouvel endroit alors que le prix des loyers a explosé au cours de la dernière année dans la région de la capitale et que des centaines de locataires ont les yeux sur les mêmes logis.

En regardant des sites comme Used Victoria, s’il y a le moindre logement avec un prix raisonnable, il y aura facilement plus de 1000 vues la première journée, illustre-t-il en ajoutant que les propriétaires n’appellent souvent que les premières 10 personnes intéressées.

Un homme et une femme assis sur un fauteuil.

Sandra McMullen et Conan O'Dell indiquent avoir contesté l'avis d'éviction de leur propriétaire en arguant qu'ils ne sont pas encore parvenus à trouver un logement pour la famille.

Photo : Adam van der Zwan/CBC

Sandra McMullen raconte avoir été choquée la première fois qu’elle a réalisé que sa famille pouvait se retrouver sans abri, considérant que les deux ont de bons emplois. La famille a d’ailleurs un revenu situé juste au-dessus du revenu médian d’une famille de la classe moyenne à Saanich, ajoute son conjoint.

Ils indiquent avoir contesté l’avis d’éviction en arguant leur incapacité à trouver un nouvel endroit pour vivre avec leur famille. L’audience se tiendra le 10 février, mais s’ils perdent, ils devront quitter les lieux avant le 12 février.

La crise du logement a incité Sandra McMullen et Conan O’Dell à se joindre à d’autres résidents qui demandent à la province et au gouvernement fédéral d’implanter des mesures plus strictes pour les propriétaires, y compris un contrôle sur les logements vacants.

Le maire de Saanich, Fred Haynes, affirme avoir le coeur brisé pour la famille McMullen-O’Dell ainsi que pour toutes les autres familles qui sont dans la même situation.

Il assure que le district travaille à augmenter le parc locatif grâce à des changements de réglementation et planifie de construire plus d’immeubles à logement abordable, mais que tout cela prend du temps.

Du temps, la famille de McMullen-O’Dell n'en a cependant presque plus pour trouver une solution avant de perdre leur toit, une situation qui est accablante aussi pour les enfants, souligne le père de famille.

Nous ne souhaitons à aucun enfant de devoir penser à la possibilité de se retrouver sans-abri, dit-il.

Avec les informations d'Adam van der Zwan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !