•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les camionneurs risquent-ils d’approfondir la crise au sein du Parti conservateur?

Une femme parle debout dans une grande salle.

Candice Bergen est la cheffe intérimaire du Parti conservateur.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La Presse canadienne

Le convoi de manifestants opposés aux restrictions liées à la COVID-19 qui s'est installé au centre-ville d'Ottawa fait figure de test pour le Parti conservateur du Canada tandis qu'il se prépare à une course à la direction.

J'ai passé la semaine à subir le Siège d'Ottawa, a écrit vendredi sur Twitter le député conservateur québécois Pierre Paul-Hus.

Si la motivation des camionneurs pouvait être comprenable [sic], la situation actuelle est tout autre. Je demande que l'on dégage les rues et que l'on cesse cette occupation contrôlée par des radicaux et des groupes anarchistes, a-t-il ajouté.

Le député conservateur de l'Ontario Dean Allison a répondu que, s'il respecte son collègue, il est tout de même fortement en désaccord avec lui sur cette question.

Ginny Roth, vice-présidente de la société de relations publiques Crestview Strategy et militante conservatrice, considère la manifestation à Ottawa comme l'expression d'un sentiment populiste avec lequel les conservateurs doivent composer tandis qu'ils cherchent une nouvelle direction après l'éviction brutale d'Erin O'Toole en tant que chef.

Ce sera un gros sujet de débat, a-t-elle déclaré vendredi.

Je ne pense pas que la question soit de savoir si nous devrions être plus à droite ou à gauche. C'est comment essayons-nous d'écouter les gens qui ont absolument l'impression que leur vie a été bouleversée ces dernières années et qui ne savent pas quel est leur rôle dans la société, a soutenu Mme Roth.

M. O'Toole n'a pas mentionné le convoi de camions lorsqu'il a publié une déclaration, tard lundi soir, après l'annonce de la nouvelle selon laquelle il faisait face à un vote de confiance imminent. Mais il a affirmé que le parti était à la croisée des chemins et qu'une voie à suivre serait mécontente, négative et extrême, au lieu de celle qu'il a décrite comme un message gagnant [...] d'inclusion, d'optimisme et d'espoir.

Candice Bergen, la nouvelle cheffe par intérim du parti, doit maintenant relever le défi de se positionner face aux manifestants qui refusent de quitter la colline du Parlement, klaxonnent et bloquent la circulation dans le secteur du centre-ville depuis une semaine.

La manifestation a entraîné la fermeture de commerces et soumis les résidents aux rues bloquées par des camions au ralenti, au bruit des klaxons et au harcèlement. Des symboles nazis et des drapeaux confédérés ont été repérés dans la foule et des monuments ont été profanés.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, s'est joint aux conseillers municipaux et à d'autres pour qualifier la manifestation d'occupation de la capitale.

Le sénateur Patterson quitte le caucus conservateur

Dennis Patterson.

Le sénateur Dennis Patterson à Ottawa (archives)

Photo : The Canadian Press / Sean Kilpatrick

De nombreux conservateurs, dont Mme Bergen, ont apporté leur plein soutien aux manifestants et à leur cause, qui incluent la demande de mettre fin à toutes les exigences de vaccination contre la COVID-19.

Le sénateur Dennis Patterson, qui a quitté le caucus conservateur vendredi pour siéger avec le Groupe des sénateurs canadiens, a clairement indiqué qu'il n'était pas l'un d'entre eux.

Je déplore et dénonce de tout cœur et sans réserve ce qui se passe à Ottawa avec le soi-disant Convoi de la liberté en ce moment, a-t-il déclaré dans une publication sur Facebook, qui ne mentionnait pas sa décision de quitter le caucus conservateur.

Il a condamné quiconque agitait un drapeau nazi ou confédéré ou était impliqué dans la profanation de la tombe du Soldat inconnu au Monument commémoratif de guerre du Canada.

Rien de ce qu'une personne comme ça peut avoir à dire ne m'intéresse et n'est quelque chose que je respecte, a-t-il ajouté. Et si vous stationnez illégalement votre véhicule et bloquez une voie publique, entravant le droit des citoyens ordinaires de vivre leur vie et de vaquer paisiblement à leurs occupations sur la colline du Parlement et au centre-ville, vous faites preuve de mépris pour la loi, ce qui est également intolérable.

Restez pacifiques

Vendredi, tandis que la police se préparait à l'arrivée de plus de camions et d'autres manifestants dans la ville, Mme Bergen a publié une déclaration appelant à une sortie pacifique de l'impasse.

Aux camionneurs à Ottawa : restez pacifiques. Dénoncez tout acte de haine, de racisme, d'intolérance ou de violence, a-t-elle déclaré. Les Canadiens et les conservateurs vous ont entendus haut et fort. Peu importe l'allégeance politique, nous voulons tous une fin aux manifestations et une fin aux restrictions.

Un courriel de lundi, obtenu par La Presse canadienne, a montré que Mme Bergen, qui était alors cheffe adjointe du parti, avait dit à d'autres députés conservateurs : Je ne pense pas que nous devrions leur demander de rentrer chez eux.

Elle ajoutait : Je comprends que l'ambiance puisse bientôt changer. Nous devons donc en faire le problème [du premier ministre]. Que fera-t-il [comme] premier pas pour mettre fin à cela?

Ni Mme Bergen ni le bureau de la cheffe de l'opposition n'a répondu à une demande pour commenter le courriel de lundi. La Presse canadienne n'a pas consulté le reste de la chaîne de courriels.

Gérard Deltell fait une déclaration au micro, tandis que Pierre Poilievre attend son tour au second plan.

Pierre Poilievre (à l'arrière) a donné son appui au mouvement des camionneurs. Sur la photo, il est en compagnie de Gérard Deltell, qui a perdu son poste de leader parlementaire des conservateurs.

Photo : La Presse canadienne / Fred Chartrand

Pierre Poilievre, porte-parole du parti en matière de finances et candidat pressenti à la direction, a pleinement appuyé le convoi de camionneurs et les autres manifestants à Ottawa. Dans un récent message sur Twitter, il a déclaré que les gens près de la colline du Parlement défendent la liberté plutôt que la peur.

Leslyn Lewis, la députée ontarienne qui était fortement appuyée par les membres du parti sociaux-conservateurs et de l'Ouest lors de la dernière course, a également promis de soutenir les manifestants.

Un vrai bleu

La direction que les candidats proposeront aux membres du parti sera étudiée de près à la lumière de l'approche qu'avait M. O'Toole en tant que chef. Lorsqu'il tentait d'obtenir le poste dans la course en 2020, M. O'Toole s'était présenté comme un vrai bleu. Mais en tant que chef, il a déclaré qu'il souhaitait accroître les appuis du parti en apposant une empreinte plus modérée sur la marque conservatrice, ce qui comprenait son adoption de la tarification du carbone.

Gros plan sur le visage d'Erin O'Toole, qui regarde vers le bas.

Erin O'Toole

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Bien que certains conservateurs aient salué l'introduction par M. O'Toole d'une tarification du carbone, de nombreux autres députés et membres du parti, en particulier dans l'Ouest canadien, y ont vu une trahison de la position du parti contre le programme du gouvernement libéral.

La grogne au sein du caucus et de la base s'est renforcée après que la stratégie de M. O'Toole n'eut pas porté ses fruits lors des élections de 2021. Le parti n'a pas réussi à obtenir plus de sièges dans des régions clés comme celle du Grand Toronto.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !