•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Camionneurs : à Québec comme à Ottawa, une organisation disparate

Plus que jamais, des militants contre les mesures sanitaires font entendre leur voix. Qui sont-ils? Un mouvement bigarré et mouvant aux multiples dirigeants, où convergent conspirationnisme et extrême droite, explique le sociologue Martin Geoffroy.

Chargement de l’image

De nombreux manifestants n'ont aucune intention de quitter le centre-ville d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Un syndicaliste, un ancien portier, une mère de famille… Ce sont quelques-unes des personnes qui organisent des manifestations de poids lourds ou de simples citoyens dans la Capitale-Nationale depuis jeudi.

Le syndicaliste Bernard Gauthier, qui s’est fait connaître quand il a témoigné à la commission Charbonneau en 2014, a invité cette semaine la population sur les réseaux sociaux à se joindre au mouvement contre les mesures sanitaires. Il fait partie d’un convoi de quelques dizaines de véhicules, parti depuis la Côte-Nord et organisé par Kevin Big Grenier.

Dans une entrevue accordée cette semaine au blogueur Samuel Grenier, cet ancien portier et gérant de bar compare le passeport vaccinal à la ségrégation des Noirs aux États-Unis et dit qu'il s'agit de racisme vaccinal.

Kevin Laurendeau organise quant à lui un convoi à partir du Bas-Saint-Laurent, tandis que Keven Bilodeau, coorganisateur du Festival des Gaulois, un événement contre les mesures sanitaires tenu en août dernier, organise un autre convoi à partir de la Beauce.

Chargement de l’image

Bernard Gauthier (à gauche) et Kevin Grenier (à droite) se sont adressés aux manifestants dans une vidéo diffusée sur Facebook.

Photo :  Facebook / Bernard Gauthier

Un autre rassemblement citoyen est également prévu pour samedi devant l'Assemblée nationale afin de réclamer la fin de l'urgence sanitaire. Ancienne candidate pour le Parti conservateur du Québec, l’organisatrice en est Isabelle Villeneuve, une conseillère publicitaire résidente de la Beauce qui est gestionnaire de la page Pour la fin de l’état d’urgence au Québec.

L’objectif, c’était de se rassembler en famille. Quand j'ai vu des convois sous les viaducs [pour le rassemblement d’Ottawa], j'ai trouvé ça tellement beau, tellement positif, a affirmé Mme Villeneuve à Radio-Canada, avant d'ajouter n’avoir aucun lien avec les organisateurs des convois.

Elle-même vaccinée, la mère de famille affirme avoir suivi les consignes sanitaires rigoureusement, mais estime que le gouvernement est allé trop loin, en instaurant un passeport sanitaire notamment.

Des tactiques semblables à celles des Black Panthers

Le sociologue Martin Geoffroy, qui observe les réseaux complotistes depuis le début de la pandémie, constate que les camionneurs, à Ottawa comme à Québec, utilisent les mêmes tactiques que les Black Panthers. Ce mouvement de libération afro-américaine né dans les années 1960 avait un leadership décentralisé ou polycentrique, donc avec plusieurs chefs.

Certains d’entre eux s’intéressent aux familles, d'autres à renverser le gouvernement. Chacun a son petit intérêt politique personnel. Et, selon la thématique de la manifestation, ils vont se réunir ou pas, affirme le directeur du Centre d'expertise et de formation sur les intégrismes religieux, les idéologies politiques et la radicalisation (CEFIR).

Le centre, associé au Cégep Édouard-Montpetit, a publié cette semaine un rapport selon lequel les discours complotistes sont intimement liés aux réseaux d’extrême droite et aux groupes religieux et spirituels ou ésotériques.

Tu en arrêtes deux ou trois [chefs], il y en a 50 qui attendent en arrière pour prendre leur place, poursuit-il.

L’enseignant au Cégep Édouard-Montpetit cite en exemple le groupe d’extrême droite La Meute, au sein duquel il y a eu trois putschs en quatre ans et qui semble s’être considérablement affaibli dans les dernières années. Le groupe a d’ailleurs fait part sur sa page Facebook de son intention de participer au rassemblement de Québec.

D’autres figures charismatiques complotistes – Mario Roy, incarcéré l’année dernière, ou encore Alexis Cossette-Trudel, chassé de Facebook puis de Twitter l’an dernier – arrivent sur la scène aussi vite qu’ils en ressortent.

Ce ne sont pas des groupes où il y a des structures de pouvoir démocratique, ce sont des structures de pouvoir charismatiques. Dans la "complosphère", ton succès, c’est ta capacité à raconter une histoire, indique Martin Geoffroy.

Ce polycentrisme donne du fil à retordre aux autorités policières lorsqu'elles tentent de démanteler ces groupes ou de procéder à des arrestations, comme c’est le cas depuis quelques jours à Ottawa, estime le sociologue. Et c’est ce qui représente la grande force de ces groupes, selon lui.

À Ottawa, Martin Geoffroy a noté la présence de membres des Farfadaas, un groupe qui inclut des anciens de La Meute et qui se présente à presque toutes les manifestations contre les mesures sanitaires au Québec. Des drapeaux des Three Percenters, une milice classée terroriste au Canada, ont également été vus flotter à Ottawa.

Avec des convois annoncés à Québec, mais aussi à Toronto, le sociologue se demande quelle sera la suite des choses. À Ottawa, quelque 250 irréductibles manifestent encore leur mécontentement. Est-ce qu’ils vont se promener d’une ville à l’autre? Ça reste à voir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !