•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

12 000 dindes euthanasiées à cause de la grippe aviaire en Nouvelle-Écosse

Chargement de l’image

Une dinde élevée dans une ferme de Georgetown, dans le Kentucky.

Photo : Reuters / Amira Karaoud

Radio-Canada

L’Agence canadienne d’inspection des aliments a confirmé jeudi la présence de grippe aviaire hautement pathogène, sous-type H5N1, dans un élevage commercial de l'ouest de la Nouvelle-Écosse. Par conséquent, 12 000 dindes ont été euthanasiées, ont indiqué vendredi les responsables de l’agence fédérale.

La Dre Margaret McGeoghegan, une vétérinaire de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, n’a cependant pas l'autorisation de dévoiler le nom de la ferme en question ou l’endroit où elle se situe.

Dans un communiqué vendredi, l’agence a précisé que les lieux ont été placés en quarantaine.

La Dre McGeoghegan ajoute que des mesures de contrôle des mouvements ont été mises en place dans un rayon de 10 km autour de la ferme touchée, afin d’empêcher la propagation de l’influenza aviaire et de protéger la santé des animaux des autres fermes et élevages de la région.

Les éleveurs de la région sont très inquiets, affirme la vétérinaire. En raison de l’ampleur de la production dans cette région, le risque de transmission de la grippe aviaire y est très élevé, en particulier parce qu’il y a beaucoup de cours d’eau et que les animaux d’élevages risquent d’être fréquemment en contact avec des oiseaux sauvages.

L'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), dont le Canada est l’un des 182 pays membres, a été informée de la situation.

Plusieurs cas en Atlantique ces dernières semaines

Plus tôt cette semaine, l’Agence canadienne d’inspection des aliments a découvert des cas de grippe aviaire dans un troupeau de basse-cour du centre de la Nouvelle-Écosse. Il ne s’agissait pas de volailles destinées à la vente.

Toujours selon l’agence, il s’agissait de la même lignée d'influenza aviaire que celle détectée dans deux fermes de la péninsule d'Avalon, à Terre-Neuve, en décembre et janvier, et que celle découverte chez une oie sauvage de Grand Desert, en Nouvelle-Écosse, le 28 janvier.

Le virus qui cause l’influenza aviaire se transmet par des particules dans l’air, lors des contacts avec des volailles infectées. Il peut aussi être propagé par inadvertance si les matières fécales contaminées se déposent sur des pièces d’équipement, des outils ou des vêtements.

La transmission à l’humain est possible, mais rare.

La grippe aviaire présente peu de risques pour les humains, mais le virus est hautement contagieux et potentiellement mortel pour les oiseaux sauvages et domestiques, indiquait le 1er février dans un communiqué Bob Petrie, le directeur de la faune au ministère des Ressources naturelles de la Nouvelle-Écosse.

Avec les renseignements de l’émission Maritime Noon, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !