•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Promouvoir la CEBL au Nicaragua, l’hiver de Charles Dubé-Brais

Charles Dubé-Brais, en complet, en train de diriger une partie de basketball.

Charles Dubé-Brais en sera à sa deuxième saison avec les BlackJacks (archives).

Photo : BlackJacks d'Ottawa

Avant de prendre part à sa deuxième saison à titre d’entraîneur-chef des BlackJacks d’Ottawa, Charles Dubé-Brais a la chance de vivre une aventure au Nicaragua avec une délégation de joueurs et d’entraîneurs de la Ligue canadienne élite de basketball (CEBL).

Portant les couleurs de l’équipe championne des deux dernières saisons de la CEBL, les Stingers d’Edmonton, le groupe est rentré satisfait de sa première tournée avec un dossier d’une victoire et d’une défaite.

Notre première victoire contre Real Estelí, sur leur propre terrain, devant une foule survoltée, c’était super, se souvient Charles Dubé-Brais, qui occupe un rôle d’adjoint avec cette formation.

Des entraîneurs donnent des consignes pendant un entraînement de basketball.

Charles Dubé-Brais (à droite) épaule l'entraîneur-chef et directeur général Jermaine Small dans l'aventure (archives).

Photo : fournie par la CEBL

Par contre, le lendemain, le niveau d’énergie des joueurs était faible, de sorte qu’ils ont baissé pavillon devant Cangrejeros, une formation de Porto Rico, dans ce deuxième match de la Basketball Champions League Americas.

Parmi les joueurs qui ont foulé le terrain, on retrouvait Junior Cadougan, qui a passé la dernière saison avec les BlackJacks sous la férule de Charles Dubé-Brais. J’ai aimé mon expérience. Le niveau de compétition était très élevé. Pour nous, une équipe canadienne, c’était incroyable de pouvoir se mesurer à ces équipes.

Deux joueurs bataillent pour le ballon lors d'un match de basketball.

Charles Dubé-Brais s'attend à voir de nouveaux joueurs pour les prochaines rencontres. Certains basketteurs ont accepté des contrats aux quatre coins du globe, et devront être remplacés (archives).

Photo : fournie par la CEBL

La délégation de la CEBL retournera au Nicaragua à la fin du mois de février pour une autre série de deux matchs. Par la suite, elle aura la chance de jouer en sol canadien, à Calgary, au milieu du mois de mars.

Notre fiche nous met dans une position de force pour aborder la deuxième fenêtre. De sortir de là-bas avec deux défaites aurait été plus complexe. On peut dire mission accomplie, analyse le Québécois qui vit maintenant à Toronto, endroit où il a notamment dirigé le club-école des Raptors avant d’accepter son mandat à Ottawa.

Une continuité à Ottawa

L’entraîneur-chef a bien hâte de renouer avec le public ottavien le 25 mai, jour du match d’ouverture de la saison des BlackJacks, qui en seront à leur troisième année d’existence.

Entre les campagnes 2020 et 2021, l’organisation avait fait table rase, ce qui a eu pour conséquence que l’équipe a mis du temps à se mettre en marche. En début de saison, l’élément continuité favorisait des équipes comme Edmonton, Hamilton et Niagara. Cette année, forcément, on ne va pas repartir à zéro, indique le pilote qui dispose de près de 15 ans d’expérience chez les professionnels.

Deux joueurs luttent pour le ballon lors d'un match des Honey Badgers de Hamilton et des BlackJacks d'Ottawa.

Les BlackJacks à Ottawa ont causé une surprise majeure en battant Hamilton en séries (archives).

Photo : CEBL

L’organisation prévoit ramener quelques joueurs qui nous ont donné satisfaction la saison dernière à la suite des ajustements de mi-parcours qui ont permis aux BlackJacks de se frayer un chemin jusqu’en demi-finale après une victoire inespérée. Lors du bilan de fin de saison, il avait mentionné que ses hommes n'étaient qu'à un as de remporter le championnat.

Au basketball professionnel, ce qui fait la différence, c’est le haut de ton effectif.

Junior Cadougan tente de déjouer un rival.

Le Torontois Junior Cadougan a joué en Italie et en Grève avant de revenir au Canada dans la CEBL (archives).

Photo : fournie par la CEBL

De son côté, Junior Cadougan ne cache pas son désir de revenir dans la capitale nationale pour une deuxième saison. J’ai adoré l’équipe, la ville et les partisans. J’ai encore le mauvais goût de notre élimination. J’espère que les dirigeants et moi trouverons un terrain d’entente pour pouvoir gagner un championnat, a fait savoir le joueur autonome.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !