•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au moins deux ans de retard pour le rail gaspésien

Une locomotive circule sur une voie ferrée avec un homme agrippé sur une échelle extérieure.

Selon l'échéancier de Québec, le train devrait pouvoir rentrer en gare à Gaspé en 2025.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le ministère des Transports prévoit un retard de deux ans avant la mise en service du tronçon entre Caplan et Port-Daniel–Gascons.

Les travaux ne seront terminés qu’en 2024. Le MTQ explique que les inspections additionnelles, qui ont été réalisées l’été dernier, ont dévoilé des problèmes d’érosion et des dommages plus importants sur certaines structures, ce qui nécessite des travaux plus complexes.

Selon Nicolas Vigneault, porte-parole du MTQ, il est normal dans ce type de projet que les études d’ingénierie découvrent des structures plus endommagées que prévu.

Il explique que dans ce cas-ci des ponts qui devaient être remis en état devront plutôt être entièrement reconstruits. C’est le cas entre autres du pont entre Caplan et Saint-Siméon.

M. Vigneault précise que parmi les travaux imprévus il y a une douzaine de murs de soutènement qui doivent être construits pour protéger le rail de l’érosion des berges. Un tronçon de 1,4 km, situé près de la cimenterie de Port-Daniel, doit aussi être déplacé afin de corriger une courbe jugée dangereuse.

Les équipes du ministère sont déterminées à ce que le chemin de fer circule à nouveau jusqu'à Gaspé, assure M. Vigneault.

Déception à la SCFG

C'est une déception pour le président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG), Éric Dubé, même si ce n’est pas une surprise. Depuis l’automne dernier, dit-il, on voyait, dans la manière dont les travaux et les appels d’offres ne sortaient pas, que c’était inévitable, qu’il y allait avoir un report. Je n’y croyais plus qu’il allait se rendre à Port-Daniel avant la fin de l’année.

En entrevue à l'émission Bon pied, bonne heure, Éric Dubé ajoute que le ministère n’a pas voulu s’engager à respecter le nouveau délai. On aurait aimé avoir une garantie que si on se met ça à deux ans qu’on sera capable de l’atteindre.

Le préfet de la MRC de Bonaventure et maire de New Richmond observe que des facteurs comme la pandémie, la pénurie de main-d'œuvre et les défis techniques des travaux seront toujours là dans les prochains mois.

On va rester plus que vigilants, promet M. Dubé. Le président de la SCFG reste toutefois optimiste sur la volonté de Québec de poursuivre les travaux. L’objectif est toujours là, dit-il, même si ça risque de coûter plus cher. Le gouvernement n’a pas dit qu’il allait arrêter en cours de route.

Ce retard aura des conséquences pour la Société de chemin de fer. Tout notre plan de développement était prévu avec le premier échéancier. À partir de 2023, ce qu’on avait planifié ne tient plus, commente le porte-parole de la SCFG.

Conséquences pour la Société de chemin de fer

Les occasions de développement du rail tombent, ce qui aura des répercussions sur le développement de la région, croit M. Dubé.

La SCFG devra soutenir plus longtemps des stratégies de transbordement. Celui du ciment, notamment, devra se poursuivre même si l’activité n’est pas rentable. On le faisait pour développer notre territoire, on devra le faire deux ans de plus, explique le responsable du rail gaspésien.

Le candidat du PQ dans Bonaventure, Alexis Deschênes, demande d’ailleurs que Québec s’engage à bonifier la subvention qu’il verse à la Société pour gérer le transport ferroviaire. La Société, écrit-il dans un communiqué, doit pouvoir maintenir ses activités et ses employés en attendant que les travaux soient terminés.

Déception et colère

Le maire de Gaspé, Daniel Côté, se dit en colère face au report des travaux de réfection du chemin de fer. Il affirme l'avoir appris peu avant la publication du communiqué, jeudi soir. C’est une situation qu’on n’a pas vue venir. Le ministère devait le savoir depuis un certain temps.

L’échéancier de la réhabilitation complète du chemin de fer jusqu’à Gaspé, prévue pour 2025, sera aussi réévalué.

Le maire rappelle qu’en 2017, le gouvernement Couillard avait promis la rénovation complète du rail pour 2022 puis le gouvernement Legault s’était engagé, en 2019, à ce que le train roule jusqu’à Gaspé, en 2025.

« On est en 2022 et on n’a plus d’échéance devant nous. Ce n’est pas décevant, c’est presque enrageant.  »

— Une citation de  Daniel Côté, maire de Gaspé

De l'avis de la députée de Gaspé, Méganne Perry Mélançon, la décision montre le désintérêt du gouvernement à l'égard du transport régional. Cette annonce, écrit-elle, s’ajoute à l’inaction dans le dossier du transport aérien régional. C’est à croire que nous sommes des citoyens de deuxième ordre, commente la députée du PQ.

Candidat du PQ dans Bonaventure, Alexis Deschênes croit que Québec aurait pu engager les moyens nécessaires afin de respecter son échéancier.

Il souligne qu’il n’y a plus de transport de passagers par train depuis 2013 et dénonce le fait que les Gaspésiens devront attendre encore plus longtemps.

Travaux déjà réalisés

Jusqu’à maintenant, Québec affirme avoir investi plus de 100 millions de dollars dans la réhabilitation du chemin de fer de la Gaspésie.

Plusieurs chantiers sont terminés. C'est le cas des deux nouveaux ponts qui surplombent la rivière Cascapédia et celui du pont ferroviaire traversant le ruisseau Watt, à Caplan.

Un nouveau pont d'acier derrière un ancien pont ferroviaire rouillé.

Québec a annoncé la mise en service des ponts ferroviaires enjambant la rivière Cascapédia le 23 décembre 2020, alors que la mise en service était d'abord prévue pour l'automne 2021 (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

De nouveaux appels d’offres seront publiés cet hiver pour les chantiers des ponts de Bonaventure, de Shigawake et de la petite rivière Port-Daniel. Le ministère prévoit une importante saison de travaux l’été prochain.

Comme certains se révèlent plus complexes que prévu, Québec procédera aussi à l’embauche de ressources techniques spécialisées supplémentaires.

Les travaux d’ingénierie sur une trentaine d’infrastructures entre Caplan et Gaspé se poursuivent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !