•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les camionneurs à Ottawa restent fermes sur leurs revendications

Déclaration aux médias des organisateurs du « Convoi de la liberté ».

Déclaration aux médias des organisateurs du « Convoi de la liberté »

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Radio-Canada

Les organisateurs du « Convoi de la liberté » sont déterminés à occuper le centre-ville jusqu'à ce que le fédéral accède à leurs revendications. Ils assurent qu'ils n'ont « pas l'intention de rester un jour de plus que nécessaire ».

Des représentants du Convoi de la liberté ont lu une brève déclaration aux médias jeudi après-midi dans un hôtel d’Ottawa.

Ils ont expliqué une fois de plus que ce sont les restrictions imposées par le gouvernement fédéral depuis le début de la pandémie qui sont à la source de leur frustration.

Depuis deux ans, les règles COVID nous ont divisés, affirment-ils.

Ce mouvement de protestation a pris naissance au Canada et dans le monde entier, selon eux, car les gens ordinaires en ont assez des mandats et restrictions dans leur propre vie et [ces restrictions] semblent maintenant faire plus de mal que de bien.

Les porte-parole du convoi font remarquer que plusieurs pays d’Europe ont levé à ce jour les mesures liées à la COVID-19. Nous demandons à tous les gouvernements de mettre fin aux mandats et restrictions du COVID.

La déclaration des organisateurs lue aux journalistes laisse croire que la manifestation pourrait s'inscrire dans la durée. Nous continuerons jusqu'à ce que nous voyons un plan clair pour leur élimination.

Une femme parle au micro.

Joannie Pelchat est l'une des porte-parole du « Convoi de la liberté ».

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Nous sommes des citoyens épris de paix

Les organisateurs accusent les autorités de les dépeindre comme des voyous.

Joannie Pelchat, porte-parole du Convoi de la liberté, soutient que jusqu'à présent, personne du gouvernement fédéral, provincial ou municipal ne nous a parlé directement.

Elle laisse entendre que les autorités manipulent les médias et présentent les manifestants comme des racistes, des misogynes, et même des terroristes.

« La réalité est que les membres de ce mouvement de liberté sont de simples citoyens de tous les horizons, épris de paix, respectueux des lois, et qui en ont assez d'être intimidés par les gouvernements. »

— Une citation de  Joannie Pelchat, porte-parole du « Convoi de la liberté »

Les camionneurs affirment avoir reçu de nombreux appuis de citoyens d’Ottawa, qui leur ont, selon eux, offert un toit et quantité de ravitaillements et de ressources.

Joannie Pelchat a tenu à rassurer les résidents du centre-ville de la capitale : Permettez-moi d'assurer aux gens d'Ottawa que nous n'avons pas l'intention de rester un jour de plus que nécessaire.

Elle avance que cela dépend de la décision du premier ministre de faire ce qui est bien et juste, et de mettre fin à tous les mandats et restrictions de notre liberté.

Un agent du Service de protection parlementaire surveillant la manifestation des camionneurs.

Voilà presque une semaine qu'une centaine de personnes manifestent bruyamment contre les mesures sanitaires du gouvernement Trudeau devant le parlement.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Silence sur les problèmes causés au centre-ville

Pressés de questions sur les nombreux problèmes que pose leur présence au centre-ville, le vacarme qu’ils provoquent, le dérangement et le harcèlement subis par les citoyens, les porte-parole du Convoi de la liberté ont refusé de répondre. Ils ont plutôt choisi de mettre fin abruptement à la rencontre.

Avant de quitter les lieux, les porte-parole des camionneurs ont précisé qu’une équipe de comptables et d’avocats ont fourni des informations à l’organisation GoFundMe pour que l'argent amassé depuis le début pour la cause puisse être versé aux camionneurs. Selon les représentants des protestataires, ce dossier devrait être réglé rapidement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !