•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des applications développées par Listuguj pour apprendre la langue mi’gmaw

Un panneau d'arrêt avec le mot « naqa'si ».

L'initiative vise à combler le fossé entre les aînés et les jeunes, dont beaucoup ne parlent pas la langue de leur communauté (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

La communauté mi’gmaw de Listuguj souhaite développer trois applications numériques pour permettre à ses membres d’apprendre leur langue ancestrale.

L'initiative a été lancée par Erika Gideon Marchand, coordonnatrice du projet de revitalisation et de culture de la langue mi'gmaw à Listuguj. Elle dirige le Programme de développement d'applications en langue mi'gmaw de la communauté.

Durant cinq jours, 10 personnes vont à la fois apprendre à développer ces applications et les développer, le tout sous la houlette de la coordonnatrice.

Nous allons travailler avec des membres de la communauté qui parlent la langue pour nous aider dans ce processus et avec d’autres qui ne la parlent pas, mais qui ont des compétences dans le numérique, explique-t-elle.

« Je veux combler le fossé entre nos aînés, qui parlent la langue, et nos jeunes, qui connaissent bien la technologie et qui peuvent construire ces applications du moment qu’ils sont formés. »

— Une citation de  Erika Gideon Marchand, coordonnatrice du projet de revitalisation et de culture de la langue mi'gmaw

Les applications vont comporter des jeux-questionnaires, des jeux d’association, des questions de vocabulaire et d’expressions qui vont permettre aux utilisateurs de se familiariser avec la langue.

Le logo du programme.

Logo du Programme de développement d'applications en langue mi'gmaw de la communauté de Listuguj.

Photo : Gracieuseté : Erika G. Marchand

Ce dont nous avons besoin dans notre communauté, c’est vraiment les éléments de base. Pas besoin que ce soit trop compliqué. Nous allons mettre de l’avant des mots utiles en mi’gmaw, des mots que nous pouvons utiliser dans notre vie de tous les jours, indique-t-elle.

La technologie est un bon outil pour permettre de revitaliser les langues.

Notre langue est vivante. Plutôt qu’un dictionnaire, une application permettra de la rendre plus accessible. C’est plus simple à utiliser, c’est plus amusant et ça permet de mieux retenir l’information.

Augmenter le nombre de locuteurs

Erika Gideon Marchand a aussi pour projet de développer une application destinée spécifiquement aux élèves dans les classes d’immersion en langue mi’gmaw de la communauté. Ces classes vont présentement de la maternelle jusqu’à la quatrième année du primaire.

Actuellement, nous n’avons pas assez de locuteurs. C’est le cœur de mon travail, trouver un moyen d’avoir plus de personnes qui parlent la langue, explique-t-elle.

Erika Gideon Marchand compte embaucher au moins deux développeurs pour mettre en place d'autres applications.

Avec les informations de Marie-Claude Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !