•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université du Manitoba s’engage dans la lutte contre le racisme envers les Noirs

Un bâtiment sur lequel on peut lire en lettres majuscules : The University of Manitoba.

L'Université reconnaît que la pandémie a touché de manière disproportionnée les personnes noires, autochtones ou de couleur.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Michel

Radio-Canada

L'Université du Manitoba s'est officiellement engagée à lutter contre le racisme anti-Noirs en ratifiant la Charte de Scarborough.

Plusieurs universités du Canada ont signé ce document qui énonce des principes et des responsabilités antiracistes. Il fait également la promotion de l’inclusion des personnes noires.

« Ce qui rend la Charte de Scarborough très importante, c'est qu’elle rend les universités responsables d'apporter des changements significatifs. »

— Une citation de  Naomi Andrew, vice-présidente de l'Université du Manitoba

La Charte repose sur quatre principes : l'épanouissement des Noirs, l'excellence inclusive, la réciprocité et la responsabilité.

Elle décrit les actions à mener comme la suppression des obstacles institutionnels à l'équité, la reconnaissance des identités et la prise de mesures concrètes en faveur de l'inclusion.

Un groupe de travail contre le racisme, dirigé en partie par Naomi Andrew, sera chargé d'appliquer les recommandations de la Charte à l'Université du Manitoba.

Le groupe de travail tiendra sa première réunion en février 2022 et fera des recommandations précises et immédiates.

Un pas dans la bonne direction

Une jeune femme est souriante. Elle se trouve devant l'entrée du Musée canadien pour les droits de la personne.

Reem Elmahi souhaite également que le groupe de travail examine les procédures de signalement.

Photo : Radio-Canada / Walther Bernal

La présidente de l'Association des étudiants noirs de l’Université du Manitoba, Reem Elmahi, est en troisième année d'études en psychologie. Elle espère que la signature de la Charte contribuera à améliorer l'accès des étudiants noirs au soutien en santé mentale.

«  Il est important d'avoir quelqu'un à qui s'identifier et comprendre ce qu'on vit en ce qui a trait au racisme anti-Noirs. »

— Une citation de  Reem Elmahi, présidente de l'Association des étudiants noirs de l'Université du Manitoba

Si je mentionne que je suis Noire [quand j'appelle un thérapeute], je peux sentir que le thérapeute est un peu mal à l'aise avec le fait de discuter de la réalité d'être une personne noire.

Pour cette raison, Reem Elmahi a coorganisé une table ronde de thérapeutes noirs l'an dernier. Lorsqu'elle a entendu des personnes expliquer combien elles souffrent, cela a renforcé son objectif d'élargir les ressources en santé mentale pour les étudiants noirs.

Naomi Andrew dit que ces préoccupations ont été soulevées par le groupe de travail et qu'elles seront examinées attentivement.

Il y a une pénurie de soutien et de ressources pertinents sur le plan culturel en matière de santé mentale et de bien-être qui répondent aux besoins non seulement des étudiants noirs, mais aussi des membres autochtones et racisés du campus.

Le groupe de travail examinera les protocoles de signalement des actes racistes.

« C'est un peu compliqué de dire : "Ce professeur est raciste, comment puis-je obtenir justice?" Ces [protocoles de signalement] doivent être simplifiés. »

— Une citation de  Reem Elmahi, présidente de l'Association des étudiants noirs de l'Université du Manitoba

L'Université a actuellement des politiques sur le milieu de travail et d'apprentissage respectueux qui comprennent un processus de plainte.

Naomi Andrew reconnaît que, parfois, les actes racistes sont commis de manière anonyme ou sont des micro-agressions, qui ne se prêtent pas toujours à un processus de plainte formelle.

Nous devons examiner ces politiques et ces procédures pour voir comment elles peuvent vraiment combattre le racisme et soutenir ceux qui en sont victimes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !