•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

20 000 $ du maire de Winnipeg pour contester la loi québécoise sur la laïcité

Brian Bowman lors de sa conférence de presse à l'hôtel de ville, devant un rideau bleu et des drapeaux de Winnipeg

Le maire de Winnipeg, Brian Bowman

Photo : Radio-Canada

Le maire de Winnipeg, Brian Bowman, contribue à hauteur 20 000 $ à la contestation de la Loi sur la laïcité de l’État du gouvernement du Québec.

Cet argent provient de son fonds discrétionnaire, a-t-il annoncé mardi après-midi, par voie de communiqué.

La semaine dernière, le conseil municipal de Winnipeg a adopté à l’unanimité une résolution réitérant son soutien à la contestation judiciaire contre la discrimination de la liberté de religion dans la loi 21 du Québec — une loi pour la laïcité de l’État.

La loi québécoise interdit aux enseignants, aux juges, aux policiers et aux fonctionnaires occupant des postes d’autorité de porter des symboles religieux ostentatoires, afin d’assurer le caractère laïque de l’État.

La résolution adoptée par les élus municipaux de Winnipeg indique que les élus peuvent soutenir la contestation de la loi de différentes manières, entre autres en condamnant publiquement le projet de loi 21 et/ou en contribuant financièrement par des fonds discrétionnaires comme ils le jugent approprié .

En décembre, le maire Bowman avait déposé une résolution visant à ce que la Ville donne 100 000 $ à l’action juridique. À l’époque, il ne savait pas de quelle enveloppe budgétaire l’argent proviendrait.

Au début du mois de janvier, le maire a déclaré qu'il avait du mal à trouver cette somme dans le budget de la Ville. Des conseillers ne voulaient pas que l'argent des contribuables serve à cette cause.

La motion originale a été amendée par le comité exécutif afin que les conseillers aient la possibilité de donner à la cause le montant qu'ils souhaitent.

M. Bowman répondait ainsi à l’appel du maire de Brampton, Patrick Brown, lancé à 100 villes canadiennes pour qu’elles appuient la contestation devant les tribunaux menée par le Conseil national des musulmans canadiens (NCCM), la World Sikh Organization (WSO) et l’Association canadienne des libertés civiles.

Brian Bowman souhaite que d’autres élus de Winnipeg se joignent à lui.

Les conseillers Markus Chambers et Janice Lukes ont affirmé qu'ils feraient un don privé de leur poche.

Mme Lukes a confié à CBC mardi qu'elle donnerait au Conseil national des musulmans canadiens et à la World Sikh Organization.

[Cette loi] va fondamentalement à l’encontre des valeurs qui nous sont chères, en tant que Canadiens. […] En tant que Canadiens, nous avons la responsabilité de soutenir nos concitoyens qui sont victimes de discrimination, ajoute-t-il.

M. Bowman rappelle que la Ville de Winnipeg a adopté différentes initiatives pour lutter contre le racisme, comme créer un comité pour les droits de la personne.

Le 24 octobre 2019, les élus de Winnipeg adoptaient une première fois une résolution pour s’opposer à la loi québécoise sur la laïcité votée en juin 2019 et soutenir fermement la liberté de religion, alignée sur la Charte canadienne des droits de la personne.

Le conseiller du quartier Saint-Boniface, Mathieu Allard, a réitéré par courriel mardi que la Loi sur la laïcité de l'État du gouvernement du Québec était une mauvaise loi . Il estime que sa contestation juridique ne servirait qu'à la condamner ce que lui et d'autres conseillers ont déjà fait publiquement.

Avec des informations de Sam Samson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !