•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le futur doyen veut mieux faire connaître le Campus Saint-Jean grâce à des partenariats

Jason Carey dans le hall d'entrée du Campus Saint-Jean.

Jason Carey, d'origine québécoise, a eu un parcours universitaire en anglais et en français.

Photo : John Ulan/Ulan Photography / John Ulan

Radio-Canada

Jason Carey dit vouloir s’inspirer de la Faculté de génie de l’Université de l’Alberta pour mieux faire connaître l'établissement francophone auprès des entreprises, du gouvernement provincial et à l'étranger. Une stratégie qui pourrait permettre de répondre au manque de financement, selon lui.

Le futur doyen affirme ne pas encore avoir discuté avec le doyen actuel, Pierre-Yves Mocquais. Il dit vouloir bâtir sur son travail, mais en y ajoutant [son] grain de sel.

Et cela sera puisé dans son expérience. Jason Carey veut s’inspirer du modèle de la Faculté de génie de l’Université de l’Alberta, qui excelle dans l’apprentissage en milieu de travail. Pour en arriver là, il aimerait créer les partenariats au Campus Saint-Jean.

« Il y a beaucoup de valeur pour les étudiants à pouvoir travailler avec un employeur. Je sais qu’il y a certains programmes au Campus qui le font, mais j’aimerais le voir à l’étendue parce que je crois que ça démontre la valeur de l’étudiant et du finissant aux employeurs qui seront nos porte-parole pour démontrer la valeur du Campus. »

— Une citation de  Jason Carey, futur doyen du Campus Saint-Jean

Celui qui occupe le poste de vice-doyen à la Faculté de Génie depuis un an et demi précise que ces partenariats envisagés n’auront pas spécialement pour vocation d’apporter du financement direct au Campus.

Jason Carey préfère insister sur sa volonté de bâtir une bonne réputation au Campus Saint-Jean. Je crois qu’en créant une réputation d’un campus qui sert toutes ces communautés diverses, on démontre son rôle à une échelle nationale et internationale qui va convaincre les gouvernements qu’il y a une valeur au Campus Saint-Jean. Au niveau culturel et historique, mais aussi au niveau de l’économie albertaine et globale.

Prêt pour les défis

Au lendemain de l’annonce de sa nomination comme futur doyen du Campus Saint-Jean, Jason Carey sait que de nombreux défis l’attendent. Parmi eux, celui des finances du Campus Saint-Jean, un sujet qui fait l’objet d’une poursuite judiciaire de l’Association canadienne-française de l’Alberta (AFCA) à l’encontre du gouvernement provincial et de l’Université de l’Alberta.

Toutes les institutions postsecondaires font face à ce défi [de financements] en plus d’être dans une situation minoritaire. Alors c’est des choses qu’on doit penser en parlant avec la communauté et tous nos alliés comme l’ACFA, l’industrie, les employeurs et tous les membres du Campus. On peut venir à bout de tous ces défis en travaillant ensemble.

Place aux discussions

Sheila Risbud, la présidente de l’Association canadienne-française de l'Alberta, se dit enthousiaste quant à l’approche pratico-pratique du nouveau doyen ainsi que de sa bonne connaissance du fonctionnement de l’Université de l’Alberta. 

Elle affirme cependant qu’elle ne connaît pas Jason Carey : « mais on a hâte d’avoir une rencontre avec lui pour mieux le connaître », dit-elle, tout en précisant qu’une invitation lui a été envoyée.

Le professeur aux origines gaspésiennes malgré ce nom très anglophone , comme il dit, souhaite désormais rencontrer et discuter avec toute la communauté du Campus Saint-Jean.

Taylor Good, conseiller de l’équipe externe de l’Association des universitaires de la faculté Saint-Jean (AUFSJ), se réjouit de cette volonté. « Il veut nous rencontrer avant le début de son mandat, cela est très important pour les étudiants afin que l’on puisse adresser les enjeux avant qu’on commence », explique-t-il. 

Taylor Good cite deux principaux enjeux : la campagne Sauvons Saint-Jean concernant le financement du Campus, mais aussi certains enjeux académiques , dit-il. 

Concernant ses derniers, il explique que certains cours pris au Campus Saint-Jean ne sont parfois pas reconnus au Campus Nord, juste parce qu’il y a des abréviations différentes entre le français et l’anglais . Selon lui, certains étudiants sont obligés de suivre des cours supplémentaires au Campus Nord à cause de cette problématique. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !