•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La VG de T.-N.-L. craint des coûts cachés lors du démantèlement des plateformes pétrolières

La plateforme Hebron, de 14 milliards de dollars, a commencé à produire du pétrole le mois dernier.

La plateforme Hebron est l'un des quatre mégaprojets pétroliers au large de Terre-Neuve.

Photo : Darren Hodge

La vérificatrice générale de Terre-Neuve-et-Labrador met en garde le gouvernement provincial contre les coûts jusqu’ici inconnus du démantèlement des installations pétrolières.

Denise Hanrahan sonne l’alarme dans un rapport publié lundi, où elle demande au gouvernement de mieux s’informer sur les coûts possibles et d'établir des plans de contingence en prévision d’une facture qui pourrait être très importante.

En vertu de la réglementation actuelle, les exploitants de trois des quatre mégaprojets extracôtiers au large de Terre-Neuve – Hebron, Terra Nova et White Rose – peuvent soustraire les coûts en capital (dont l'obturation des puits) des redevances dues à la province. Si le démantèlement des plateformes s'avère très coûteux, la province pourrait même devoir rembourser des redevances reçues antérieurement.

Les coûts du démantèlement des plateformes, ainsi que la facture potentielle pour les contribuables ne sont toutefois pas rendus publics par les entreprises.

Le gouvernement doit déterminer les impacts potentiels des coûts de démantèlement sur les redevances pétrolières et s’assurer que ces coûts figurent dans les comptes publics, écrit Mme Hanrahan dans son rapport.

Denise Hanrahan en entrevue.

La vérificatrice générale de Terre-Neuve-et-Labrador, Denise Hanrahan

Photo : Curtis Hicks/CBC

L'Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers – l'agence qui réglemente l'industrie – ne dispose pas d'estimation des coûts pour les démantèlements des quatre mégaprojets au large de l'île.

Lorsque les exploitants sont prêts à abandonner leurs projets, ils soumettent une demande accompagnée d'un plan détaillé des coûts, qui est ensuite approuvée par le gouvernement provincial.

Un problème à long terme?

Comme le rappelle Mark Raiser, professeur au centre des études énergétiques de la Louisiana State University, tous les projets à Terre-Neuve-et-Labrador devraient continuer à produire du pétrole brut pendant plusieurs années.

Le démantèlement de ces champs pétrolifères est loin d'être fait et les coûts estimés par les exploitants sont provisoires et incertains, explique-t-il dans un courriel.

Cependant, Denise Hanrahan rappelle que Suncor avait menacé l’an dernier d’abandonner ses activités à la plateforme Terra Nova. Pour sauver le projet, le gouvernement a renoncé à quelque 300 millions de dollars en futures redevances et a accordé à Suncor 205 millions de dollars.

Des experts préviennent aussi que la demande de pétrole canadien, dont l'or noir produit à Terre-Neuve-et-Labrador, pourrait bientôt s'évaporer.

Si la province a une idée raisonnable de la facture, [elle] devrait la noter dans les comptes publics. Je souhaite que ces informations soient publiques et qu’elles soient basées sur les données disponibles au gouvernement, affirme-t-elle.

À quand les négociations sur le démantèlement d'Hibernia?

Le démantèlement du projet Hibernia, la plateforme gravitaire la plus pesante sur la planète, ne sera pas encadré par la même réglementation que les autres projets. Dans ce cas, le gouvernement provincial devra payer directement une portion du nettoyage environnemental.

La facture totale n’a pas encore été négociée entre la province, le gouvernement fédéral et les entreprises pétrolières, selon Denise Hanrahan.

La ministre des Finances, Siobhan Coady, n'était pas disponible pour une entrevue.

Selon la vérificatrice générale, le gouvernement indique qu’il existe de l’incertitude quant à l'existence, à la nature et à l'étendue de toute obligation de la province à l'égard des redevances et du démantèlement des installations pétrolières.

Dans son dernier budget, le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador projetait 1,06 milliard de dollars en redevances pétrolières, soit environ 15 % des revenus provinciaux.

Avec des informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !