•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les trottoirs d’Halifax difficiles d’accès après chaque tempête hivernale

Chargement de l’image

Plus de 48 heures après une tempête de neige et de pluie, les trottoirs d’Halifax ne sont pas encore accessibles à beaucoup.

Photo : Radio-Canada / Kheira Morellon

C’est presque devenu une tradition pour les résidents d’Halifax, après chaque tempête les trottoirs de la municipalité prennent plusieurs jours à être déneigés. La dernière tempête n’a pas fait exception à la règle.

La municipalité régionale d’Halifax à un plan de déneigement en fonction de l’utilisation des routes et des trottoirs. Par exemple, les trottoirs près d’un hôpital ou d’une école doivent être déneigés avant les autres, même s’ils ne sont pas sur une route principale. Mais plusieurs jours après la dernière tempête, certains de ces trottoirs sont toujours couverts de glace.

Chargement de l’image

Lundi matin, les trottoirs devant l’école St. Agnes Junior High School était encore couverts de glace, malgré le fait qu’ils fassent partie de la priorité de nettoyage de la ville.

Photo : Radio-Canada / Kheira Morellon

La porte-parole de la ville, Klara Needler, explique que selon les normes de service habituelles, le déblaiement des rues et des trottoirs a lieu dans un délai de 12 à 36 heures après la fin d’une chute de neige, en fonction des niveaux de priorité. Dans le cas de la tempête de ce week-end, l’heure de fin de la tempête était dimanche 30 janvier à 6 h 30, affirme la porte-parole. Cela signifie que la ville avait jusqu’à lundi soir 18 h 30 pour déblayer les trottoirs.

« Les délais de déneigement sont établis en fonction d’un certain nombre de critères, notamment la fréquence d’utilisation, l’accès à des infrastructures importantes, comme les hôpitaux et les écoles, et la présence ou non d’itinéraires d’autobus et de transport importants. »

— Une citation de  Klara Needler, porte-parole pour la municipalité régionale d’Halifax.

La municipalité régionale d’Halifax encourage les citoyens à appeler le 3-1-1 pour signaler des trottoirs mal dégagés. Une fois l’appel fait, un employé de la ville devrait se rendre sur place.

« C’est trop long »

La glace ne s’arrête pas au trottoir. Les cyclistes à Halifax font également face à des situations précaires en hiver.

C’est compliqué et c’est frustrant parce que la ville ne fait que de dire qu’il y a comme une hiérarchie de priorité pour ceux qui utilisent les routes avec ceux qui font du vélo et utilisent les transports en commun en haut, explique Ellen Riopelle, coordinatrice des opérations pour la Coalition des cyclistes d’Halifax.

Mais on voit avec le déneigement que ce n’est pas le cas quand ça en vient aux actions parce qu’à chaque fois que je sors après une tempête les routes sont toujours déneigées en premier. C’est seulement quelques jours plus tard que les trottoirs sont déneigés. C’est trop long.

Ellen Riopelle explique que cela fait maintenant plusieurs années que la coalition offre des astuces pour ceux qui continuent d’utiliser leur vélo en hiver. Selon elle, il n’y a pas assez de ressources à ce sujet venant de la ville.

Plusieurs événements sont regroupés au cours d’une semaine nommée la Semaine du Cyclisme en Hiver. Cette année ces activités seront offertes par la coalition à partir de lundi 7 février.

Dans ses événements on retrouve une introduction au cyclisme d’hiver pour partager des astuces sur la navigation des trottoirs et des pistes cyclables en fonction de leur déneigement après une tempête hivernale.

50 pour cent du cyclisme en hiver dépend des infrastructures de la ville, explique Ellen Riopelle. Cela veut dire que souvent, les cyclistes décident de ne plus voyager à vélo en hiver à cause des pistes cyclables mal entretenues pour la météo et non des températures plus froides.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !