•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reprise complexe des activités sportives et récréatives à l’Île-du-Prince-Édouard

Chargement de l’image

Les programmes sportifs comme ceux de l’organisme Island Gymnastics Academy ont pu reprendre leurs activités le 31 janvier 2022, mais de façon limitée.

Photo : CBC/Steve Bruce

Radio-Canada

Des intervenants du domaine des sports, des loisirs et des chorales ont de la difficulté à reprendre leurs activités en respectant les mesures sanitaires en vigueur depuis lundi.

La santé publique a permis lundi aux équipes sportives de s’entraîner et aux activités récréatives d’avoir lieu sans que les participants portent un masque et sans éloignement physique quand il s’agit de groupes comprenant 20 personnes ou moins, toujours les mêmes.

Le directeur de l’organisme Island Gymnastics Academy, Nick Murray, dit être heureux de pouvoir reprendre des activités, mais il explique que plusieurs programmes préscolaires et récréatifs qui n’ont lieu qu’une fois par semaine comptent plus de 20 participants chacun.

L’organisme se demande comment accueillir tous les participants ou comment modifier les horaires pour cela. C'est un défi considérable, souligne Nick Murray.

Les mesures coupe-circuit qui viennent de se terminer lundi ont été en vigueur pendant deux semaines. Les activités sportives et récréatives ont aussi été suspendues du 17 décembre au 8 janvier dans le but de freiner la contagion de la COVID-19.

Reprendre le rythme

Durant ces périodes de restrictions, bien des jeunes qui s’entraînaient habituellement de 12 à 16 heures par semaine n’ont pas pu le faire, ajoute Nick Murray.

La gymnaste Katie Gaudet, une participante, est heureuse de pouvoir reprendre l’entraînement. Elle dit que cela lui fait du bien. Elle ajoute qu’elle n’oublie pas pour autant la hausse du nombre de cas de COVID-19 dans la province. Elle dit agir prudemment pour réduire les risques d’apporter cette maladie à la maison.

Moins de gymnases accessibles

Les écoles ont rouvert leurs portes lundi, mais les groupes communautaires ne peuvent pas se servir de leurs gymnases.

Les programmes de Basketball Île-du-Prince-Édouard n’auront probablement pas lieu parce qu’ils dépendent des gymnases communautaires et qu’il y en a peu dans la province, indique le directeur de l’organisme, Josh Whitty.

Il ajoute que c’est décevant pour environ un millier d’athlètes qui ne peuvent toujours pas jouer au basketball.

L’éloignement physique, un défi pour des chorales

La réouverture des églises réjouit Margot Rejskind, qui dirige trois chorales à Charlottetown.

Le respect de l’éloignement physique de 2 mètres entre les participants est toutefois un défi, explique Mme Rejskind. En respectant cette consigne, une chorale nombreuse devrait occuper à elle seule une bonne partie de l’église. Elle se demande si les chorales peuvent exercer leurs activités dans ces conditions.

Margot Rejskind dit prendre l’éloignement physique très au sérieux. Elle veut réduire les risques de contagion. Elle dit que la COVID-19 peut avoir des conséquences mortelles pour certaines personnes et qu’elle veut éviter cela aux membres de ses chorales.

Avec les renseignement de Yakosu Umana et de Steve Bruce, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !