•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CSN déplore un « double discours » du gouvernement Legault

Chargement de l’image

Félix-Antoine Lafleur, président du conseil central de l'Abitibi-Témiscamingue

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Après une année très chargée, le Conseil central de la CSN en Abitibi-Témiscamingue participera à la négociation d’une vingtaine de conventions collectives en 2022.

Des pourparlers sont déjà entamés pour 11 syndicats, regroupant 450 membres. Sept autres négociations seront amorcées dans les prochains mois, dont celle touchant les quelque 400 membres du syndicat des employés de la fonderie Horne à Rouyn-Noranda.

Pas moins de 4200 syndiqués de la CSN dans la région ont conclu de nouvelles conventions collectives l’an dernier, dont plusieurs œuvrant dans le secteur public. Cependant, les agents de la paix de la prison d’Amos et les paramédics attendent toujours une nouvelle entente.

À ce sujet, le Conseil central estime que le gouvernement Legault tient un double discours, dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre.

Depuis la dernière ronde de négociations, on sent une attitude belliqueuse du gouvernement. Il semble chercher le conflit et vouloir imposer sa volonté. Le Conseil du Trésor ne veut pas d’emblée améliorer les conditions de travail de façon importante, ce qui est un non-sens. On ne peut pas clamer une pénurie de main-d'œuvre d’un côté et de l’autre jouer les vierges effarouchées quand vient le temps d’améliorer les conditions de travail , affirme le président Félix-Antoine Lafleur.

En cette année électorale à Québec, le Conseil central de la CSN entend continuer son travail pour favoriser une amélioration des soins de santé dans la région.

On dénonce la gestion actuelle qui se fait à coups de décrets, de fermetures et de coupures de services, comme on le voit à Senneterre et à La Sarre. La solution ne passe pas par une plus grande utilisation du privé, mais par une gestion plus près du terrain, en collaboration avec les travailleurs et avec des investissements majeurs indéniables, ajoute le président.

Parmi les autres dossiers qu’entend suivre le Conseil central de la CSN, notons ceux de la desserte ambulancière, de la hausse du salaire minimum et le développement de la filière du lithium, avec entre autres l’étude environnementale attendue pour le projet Authier de Sayona Mining.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !