•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attentat à la grande mosquée de Québec : cinq ans après, les actions se font attendre

Des personnes sur une estrade de nuit, en hiver, en extérieur.

La cérémonie hommage pour commémorer les 5 ans de la tuerie à la grande mosquée de Québec s'est déroulée en petit comité, en raison du contexte sanitaire. Le public était invité à la suivre virtuellement.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Duval

La cérémonie hommage pour commémorer les cinq ans de la tuerie à la grande mosquée de Québec a été l’occasion d’honorer la mémoire des six victimes qui ont perdu la vie.

Des membres de la communauté musulmane en ont profité pour réclamer des actions concrètes afin d’éradiquer l’islamophobie et toute autre forme de discrimination.

Nusaiba Al-Azem, la représentante de la mosquée de London, en Ontario, a été la plus virulente dans son allocution.

Un survivant de la fusillade de la mosquée de Québec lance un appel à la vigilance et à la solidarité, cinq ans après le drame

Nous vivons avec les conséquences de l’islamophobie quotidiennement. Nous sursautons quand un camion passe, nous ne nous sentons pas en sécurité dans nos propres cours-arrières, a-t-elle déclaré avant de critiquer la Loi sur la laïcité de l'État.

Une loi visant à légiférer les symboles religieux a des répercussions plus grandes que les vêtements que l’on porte au travail. Elle a des répercussions sur le sentiment d’appartenance.

Agir

Aymen Derbali, grièvement blessé il y a cinq ans et qui se déplace maintenant dans un fauteuil roulant, attend plus des pouvoirs publics. Nous avons besoin d’une réelle volonté politique.

Maryam Bessiri, l'une des porte-paroles de la commémoration, tient des propos semblables. Avant le début de la cérémonie, elle nous confiait : On veut des discours politiques qui soient forts, qui soient porteurs d’actions, dans lesquels les politiciens s’engagent par la suite d’agir contre l’islamophobie, contre le racisme systémique, contre les crimes haineux.

En réponse, les officiels présents leur ont opposé des paroles sobres et humaines. Tour à tour, Bruno Marchand et François Legault ont prôné le vivre-ensemble.

L'affaire de tous

Au jeu de la différence, nous y perdons tous. La différence ne nous nuit pas, elle nous enrichit, a souligné le maire de Québec.

Le maire de Québec, Bruno Marchand, le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, et le premier ministre du Québec, François Legault, s'expriment à l'occasion du 5e anniversaire de la fusillade de la mosquée de Québec.

Le premier ministre a décrit le Québec comme étant une nation tissée serrée, fière de son identité, une nation accueillante, ouverte et respectueuse.

Pour autant, Aymen Derbali assure que la lutte contre la haine et la violence est une affaire collective. Chacun de nous doit faire sa part des choses pour endiguer ces fléaux de nos sociétés. Il faut dénoncer, a-t-il encouragé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !