•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commémoration de l’attentat de Québec : Trudeau condamne l’islamophobie

Justin Trudeau en conférence de presse.

« Le gouvernement condamne l'islamophobie et toutes les formes de racisme et de discrimination qui existent dans notre société », a déclaré Justin Trudeau (archives).

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le premier ministre Justin Trudeau a condamné « l'islamophobie et toutes les formes de racisme et de discrimination qui existent dans notre société » à l'occasion de la journée de commémoration de la tuerie à la grande mosquée de Québec survenue le 29 janvier 2017.

Le premier ministre François Legault et le nouveau maire de Québec, Bruno Marchand, sont attendus samedi soir à la cérémonie officielle en mémoire des victimes.

L'événement s'inscrit dans le cadre d'une semaine annuelle d'activités, la Semaine de découverte des musulmans, créée un an après la tragédie dans le but de rapprocher les communautés au lieu d'exacerber les divisions. En raison des contraintes liées à la pandémie, le grand public était invité à assister à une série d'événements en ligne du 25 au 31 janvier.

Ce 29 janvier est également la toute première Journée nationale de commémoration de l'attentat à la mosquée de Québec et d'action contre l'islamophobie.

Il y a cinq ans, jour pour jour, l'attentat au Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) a fait six morts et plusieurs blessés.

En ce jour, nous rendons hommage aux victimes de cet acte de terrorisme motivé par la haine, qui ont été tuées de manière insensée dans un accès d'intolérance, d'islamophobie et de racisme, a déclaré Justin Trudeau par communiqué samedi.

Ce lâche attentat visait à instaurer un climat de peur et de division, a-t-il ajouté. Bien au contraire, les Canadiens se sont serré les coudes, unis autour de leurs valeurs communes de diversité, de paix et de respect.

« Le gouvernement condamne l'islamophobie et toutes les formes de racisme et de discrimination qui existent dans notre société. »

— Une citation de  Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le premier ministre Trudeau a souligné que la lutte contre l'islamophobie fait partie intégrante de la Stratégie canadienne de lutte contre le racisme (Nouvelle fenêtre), qui prévoit l'adoption d'une approche pangouvernementale pour éliminer le racisme systémique.

Le ministre fédéral du Logement, de la Diversité et de l'Inclusion, Ahmed Hussen, s'est aussi joint aux Canadiens musulmans et à l'ensemble de la population pour dénoncer l'islamophobie et toute autre forme de haine, a-t-il déclaré par communiqué.

Un sentiment de sécurité retrouvé

Lors d'une conférence de presse jeudi pour présenter les détails de l'événement de samedi soir, le porte-parole Boufeldja Benabdallah s'est rappelé à quel point il était difficile de rassurer les gens après l'attentat. Il a souligné que le sentiment de sécurité est de retour chez les fidèles grâce aux nouveaux aménagements du lieu de culte.

À ses côtés, Saïd Akjour, l'une des victimes de l'attentat, n'avait pas mis les pieds dans la mosquée depuis plusieurs mois. Il était très ému en se remémorant la place de ceux qui ont perdu la vie.

Des participants à la veillée se recueillent, une chandelle à la main.

Des participants à une veillée à la mémoire des victimes se recueillent, une chandelle à la main (archives).

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Le 29 janvier 2017, Alexandre Bissonnette a fait irruption dans la salle de prière de la grande mosquée de Québec armé d'une carabine semi-automatique et d'un pistolet. Il a abattu six hommes et blessé plusieurs autres personnes par balles. En moins de deux minutes, 17 enfants ont perdu leur père.

Alexandre Bissonnette a plaidé coupable à six chefs de meurtre au premier degré et a été condamné à une peine minimale de 40 ans de prison avant de pouvoir demander une libération conditionnelle. La Cour d'appel du Québec a toutefois révisé la peine minimale à 25 ans de prison, invalidant la disposition qui permettait les peines consécutives.

Encore du travail à faire

L'affaire se trouve maintenant devant la Cour suprême du Canada, qui a accepté en mai dernier de se pencher sur la constitutionnalité des peines consécutives.

Cinq ans après la tragédie, M. Benabdallah constate avec regret que l'islamophobie et les insultes, qu'il attribue à une minorité de gens, sont encore présentes sur les réseaux sociaux.

Il a reproché aux gouvernements le peu de gestes concrets pour s'attaquer à la circulation et à la possession d'armes à feu, trouvant inconcevable que les armes qu'avait en sa possession le tueur de la grande mosquée de Québec puissent encore circuler librement au pays.

Selon Statistique Canada, le nombre de crimes haineux déclarés par la police (Nouvelle fenêtre) au Canada a augmenté en 2020 pour atteindre un sommet inégalé depuis que des données comparables sont accessibles, soit depuis 2009. Le nombre de crimes haineux ciblant la population musulmane a toutefois diminué dans les dernières années.

Soulignons que des veillées à la chandelle sont prévues samedi soir dans les villes de Québec, de Montréal et d'Ottawa pour marquer le cinquième anniversaire de la tragédie à la mosquée de Québec et honorer la mémoire des victimes.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !