•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Fédération métisse du Manitoba poursuivie par le Ralliement national des Métis

Les anciens dirigeants du RNM auraient tenté de mieux positionner la MMF, selon des documents de cour, en utilisant les ressources financières de l'organisme national.

Plan rapproché de M. Chartrand.

David Chartrand a été vice-président du Ralliement national des Métis et est l'actuel président de la Fédération métisse du Manitoba.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Le Ralliement national des Métis (RNM) allègue dans des documents de cour que ses anciens dirigeants avaient mis en place un stratagème visant à nuire financièrement au RNM afin de favoriser la Fédération métisse du Manitoba (MMF) pour qu'elle prenne sa place sur la scène nationale.

Le RNM a déposé jeudi une poursuite de plusieurs millions de dollars devant une cour supérieure de l’Ontario contre son ancien président, Clément Chartier, l’actuel président de la MMF et ancien vice-président du RNM David Chartrand, qui était aussi responsable des finances de l’organisme, Wenda Waytteyne, ancienne directrice générale du RNM, ainsi que la Fédération métisse du Manitoba.

Une dizaine d’autres personnes ainsi que des consultants sont aussi visés.

Selon la demande introductive d’instance, M. Chartier est devenu un cadre supérieur de la MMF, son ambassadeur pour les relations internationales et inter-nations, après avoir quitté le RNM.

Aucune de ces allégations n’a été prouvée devant les tribunaux.

Il est allégué que dans la période qui a précédé le retrait de la MMF du RNM, juste avant l’élection au sein de l’organisme national de l’automne dernier, les personnes visées se sont lancées dans une politique de la terre brûlée pour causer intentionnellement des dommages financiers et d’autres préjudices au RNM, reconnaissant que le RNM et la MMF seraient désormais en concurrence pour être l’autorité et la voix légitimes ou reconnues de la nation métisse à l’avenir.

La présidente du Ralliement national des Métis, Cassidy Caron, a publié une vidéo jeudi où elle explique avoir mené une enquête en collaboration avec le conseil d’administration.

Le résultat de cette enquête a été remis à un conseiller juridique qui a déposé la demande de poursuite.

Nous devons comprendre ce qui s’est passé au Ralliement national des Métis avant mon élection. Nous méritons la vérité, nous méritons la justice, nous méritons de mettre un point final au passé et nous méritons d’aller enfin de l’avant ensemble, a-t-elle dit.

Cassidy Caron sourit.

Cassidy Caron est devenue en septembre 2021 la première femme élue à la tête du Ralliement national des Métis.

Photo : (CBC) / Christian Patry

Des millions de dollars transférés

Dans les documents de cour, le RNM allègue que les défendeurs ont transféré 9 millions de dollars de l’accord de contribution de 30 millions de dollars du Fonds des anciens combattants métis du RNM à la MMF, en violation des règlements du RNM.

La plainte affirme que les personnes mises en cause ont versé 1,5 million de dollars en paiements forfaitaires injustifiés à diverses firmes de consultants et des montants inappropriés d’indemnités de départ totalisant 800 000 $.

La déclaration allègue également que les défendeurs ont signé avec le RNM un bail de sept ans pour un bureau à Ottawa avec un loyer supérieur à celui du marché, payé à un propriétaire dont les actionnaires sont liés à la MMF.

Un bâtiment en brique identifié avec le symbole métis au-dessus de l'entrée.

Le bureau du Ralliement national des Métis se trouve à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Jennifer Geens

Par ailleurs, la MMF aurait pris possession d’une base de données vitale du RNM sans l’accord du conseil d’administration de l’organisme national.

Selon le document juridique, ces actions ont été conçues pour donner à la MMF un avantage déloyal dans le cadre de son désir ultime et de ses efforts pour être la seule voix et le seul représentant national de la nation métisse .

Ce faisant, ces défendeurs ont non seulement causé de graves dommages financiers et de réputation au Ralliement national des Métis, mais ils ont également conçu et créé des obstacles supplémentaires destinés à retarder, à entraver ou à empêcher RNM de s’acquitter de son mandat.

L’organisation nationale demande entre autres 15 millions de dollars de dommages et intérêts et 1 million de dollars de dommages et intérêts punitifs.

CBC a contacté l’ancien président du RNM, Clément Chartier, pour obtenir des commentaires. La demande était toujours sans réponse au moment de publier cet article.

David Chartrand, de son côté, s'est dit surpris et a affirmé que les accusations du RNM selon lesquelles il aurait laissé l’organisation dans une situation financière difficile sont fausses.

Quand on y regarde de plus près, il est clair qu’il s’agit d’un stratagème vindicatif visant à nuire à ma réputation et à la MMF, a-t-il déclaré.

M. Chartrand a précisé que tous les montants des indemnités de départ ont été gérés par des professionnels. Il a ajouté qu’il avait laissé un surplus au Ralliement national des Métis avant de quitter l’organisation.

Avec les informations de Renée Lilley

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !