•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La plainte d’une légende des échecs contre Netflix jugée recevable

Dans une photo en noir et blanc, une femme est assise devant un jeu d'échecs face à un adversaire et elle s'apprête à déplacer une pièce sur l'échiquier.

Nona Gaprindashvili lors d'une compétition d'échecs à Londres, le 30 décembre 1964.

Photo : Getty Images / Stanley Sherman

Agence France-Presse

Une juge de Los Angeles a jugé recevable la plainte déposée contre Netflix par Nona Gaprindashvili, légende des échecs soviétiques qui accuse la plateforme de l'avoir dénigrée de manière sexiste dans sa série à succès Le jeu de la dame (The Queen’s Gambit).

La championne d'origine géorgienne réclame 5 millions de dollars américains (6,4 millions de dollars canadiens) à Netflix en dommages-intérêts.

Dans la série, un personnage affirme que Nona Gaprindashvili n'a jamais affronté d'hommes en compétition, contrairement à l'héroïne fictive du Jeu de la dame, Beth Harmon, interprétée par Anya Taylor-Joy.

Une femme est attablée devant un jeu d'échecs et regarde devant elle son adversaire hors champ.

Anya Taylor-Joy dans une scène de la minisérie « Le jeu de la dame »

Photo : Netflix

Cette allégation est manifestement fausse, ainsi que grossièrement sexiste et dénigrante, est-il précisé dans la plainte déposée en septembre dernier par la championne, aujourd'hui âgée de 80 ans.

La plainte rappelle que Mme Gaprindachvili, devenue en 1978 la première femme grand maître d'échecs de l'histoire, avait déjà affronté des dizaines de joueurs masculins de premier plan en 1968, année où Le jeu de la dame est censé se dérouler.

Netflix s'était défendu d'avoir voulu offenser la championne et avait assuré dans un communiqué avoir le plus grand respect pour Mme Gaprindashvili et son illustre carrière.

Netflix brandit la Constitution américaine

La plateforme avait toutefois à l'époque jugé cette plainte sans aucun fondement, plaidant qu'il s'agissait d'une œuvre de fiction protégée par la Constitution américaine et son premier amendement qui garantit la liberté d'expression.

Dans une décision prononcée jeudi, la juge californienne Virginia Phillips a estimé qu'une œuvre de fiction n'était pas à l'abri de poursuites pour diffamation si elle portait atteinte à des personnes réelles.

Née en 1941 à Zougdidi, dans l'ouest de la Géorgie, Nona Gaprindashvili joue aux échecs depuis l'âge de 13 ans.

Une femme est assise dans une pièce et elle parle à une personne devant elle en bougeant ses mains.

Nona Gaprindashvili lors d'une entrevue à Tbilisi, en mai 2019

Photo : Reuters / IRAKLI GEDENIDZE

Elle a remporté le Championnat du monde féminin à 20 ans et a défendu son titre avec succès à quatre reprises, avant de perdre sa couronne en 1978 face à une autre Géorgienne, Maïa Tchibourdanidzé, âgée de 17 ans.

À sa sortie sur la plateforme de diffusion en continu, Le jeu de la dame a battu des records, avec 62 millions de vues dans le monde en l'espace de 4 semaines, avant de remporter 11 prix Emmy.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !