•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford dit que l’Ontario doit « apprendre à vivre avec » la COVID-19

Doug Ford en point de presse.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, estime que les restrictions introduites en janvier pour atténuer la cinquième vague ont fonctionné.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Selon le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, la province doit « apprendre à vivre avec » avec la COVID-19. Il a fait cette affirmation dans une entrevue diffusée vendredi par une station de radio locale de Peterborough, et ce, quelques jours avant la réouverture de plusieurs commerces.

Cette déclaration fait aussi écho à des propos tenus par le médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr Kieran Moore.

Interrogé sur les réouvertures prévues lundi, Doug Ford s’est dit convaincu que le plan de la province fonctionnera bien, car le taux de positivité des tests de dépistage a chuté depuis que de nouvelles restrictions de santé publique sont entrées en vigueur. Il estime que les restrictions introduites en janvier pour atténuer la vague Omicron ont fonctionné.

Dès le 31 janvier, les restaurants, les salles d'entraînement, les cinémas et les musées pourront accueillir à nouveau leur clientèle. Le premier ministre a assuré que les réouvertures se feront avec prudence, soulignant que la limite d'accueil est fixée à 50 %, dans un premier temps.

Il n'y a personne en Ontario qui veut déconfiner la province plus vite que moi. Nous devons apprendre à vivre avec le virus et revenir à la normale. Nous allons y arriver, a affirmé Doug Ford à PTBO Today Radio.

Jeudi, le Dr Kieran Moore a émis des propos similaires. Face à Omicron, je pense absolument que nous devons apprendre à vivre avec ce virus. Nous avons laissé nos vies être contrôlées ces deux dernières années dans un certain climat de peur. Maintenant, nous devons changer, en partie, notre façon de penser, a-t-il dit.

Le médecin estime que le variant Omicron, hautement transmissible, a changé la donne. Il a également relevé que des vaccins et des traitements ont été développés, depuis le début de la pandémie, pour combattre le virus.

Avec des informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !