•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : 2 ans plus tard, la C.-B. fait le point et s’adapte à une 5e vague

Une personne portant un masque marche devant une murale au centre-ville de Vancouver.

Depuis deux ans, la Colombie-Britannique a fait face à cinq vagues différentes de COVID-19 et a dû ajuster sa réponse et ses mesures en conséquence.

Photo : Ben Nelms/CBC

Deux ans après le début de la pandémie, et face à une montée du nombre d'hospitalisations liée à la propagation rapide du variant Omicron en Colombie-Britannique, les autorités de la santé reviennent sur l’évolution de la situation et évoquent un possible assouplissement des restrictions pour la mi-février.

Sans promettre une levée complète des restrictions sanitaires en vigueur dans la province, la médecin hygiéniste en chef, Bonnie Henry, a tout de même indiqué que la fête de la Famille, prévue le 21 février, pourrait être vue comme une prochaine étape dans la gestion de la pandémie, en fonction de l'évolution de la situation d’ici là.

Si nous continuons sur cette trajectoire, alors oui, je crois que nous serions en mesure d’assouplir certaines restrictions et de graduellement revenir aux contacts dont nous avons besoin, souligne-t-elle.

La Dre Bonnie Henry devant un lutrin, alors que le ministre de la Santé Adrian Dix l’observe.

La médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Bonnie Henry, revient sur deux ans de pandémie dans la province.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur / CBC

Les restrictions sanitaires actuelles sont en vigueur jusqu’au 16 février. D’ici là, Bonnie Henry encourage les Britanno-Colombiens à obtenir leur dose de rappel du vaccin contre la COVID-19, à surveiller leurs symptômes et à rester à la maison en cas de maladie.

Nous ne nous attendons pas à voir le nombre d’hospitalisations baisser avant un certain temps, mais nous sommes aussi à un point où la situation dans les communautés change et où les gens ont un niveau d'immunité plus élevé parce qu’ils ont leur dose de rappel, explique-t-elle.

Regarder le chemin parcouru

Il y a deux ans, la Dre Bonnie Henry et le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Adrian Dix, se présentaient devant les médias pour tenir ce qui allait être la première d’une longue série de conférences de presse pour tenir compte de l’évolution de la pandémie de COVID-19 dans la province.

Se souvenir d’où nous étions et ce que nous avons traversé depuis le début peut nous aider à remettre en perspective la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui, souligne d’emblée la Dre Henry.

La province a traversé cinq différentes vagues de COVID-19, dont les plus récentes – celle du variant Delta et, plus particulièrement, celle du variant Omicron – ont engendré une recrudescence du nombre de cas et accentué la pression sur le système hospitalier.

Chacune de ces vagues a apporté son lot de défis particuliers, et notre réponse a dû s’adapter en conséquence, explique la Dre Henry. Elle ajoute que les efforts de la population au cours de cette pandémie auront permis de sauver un nombre incalculable de vies.

Il y a toutefois encore beaucoup de travail à faire, notamment pour alléger la pression des travailleurs de la santé, selon le ministre provincial de la Santé, Adrian Dix.

« Notre travail n’est pas terminé, autant avec la pandémie qu’avec la crise des opioïdes, et nous avons besoin d’investir dans notre système de santé. »

— Une citation de  Adrian Dix, ministre de la Santé de la Colombie-Britannique

Il invite par ailleurs les parents à prendre rendez-vous rapidement pour faire vacciner leurs enfants de 5 à 11 ans alors que, à l’échelle de la province, seuls 55 % des représentants de cette tranche d’âge ont obtenu (ou sont en voie d’obtenir) une première dose de vaccin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !