•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le faible salaire offert aux dentistes freinerait leur attraction en Haute-Gaspésie

Deux femmes masquées apparaissent penchées au-dessus de l'appareil-photo avec, dans les mains, des outils de dentisterie.

L'Ordre des dentistes du Québec et le gouvernement sont en négociations sur le sujet (archives).

Photo : Getty Images / Sean Gallup

L'accès aux soins dentaires en Haute-Gaspésie est ralenti par la faible rémunération offerte aux dentistes, selon le maire de Sainte-Anne-des-Monts, Simon Deschênes.

En novembre, Québec annonçait un projet pilote pour mettre en place une clinique dentaire à Sainte-Anne-des-Monts sous l'égide du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie.

Deux dentistes et deux hygiénistes devaient être embauchés.

Depuis, quelques personnes ont démontré de l’intérêt, selon Simon Deschênes, mais la faible rémunération offerte par le CISSS constitue un frein majeur. La grille salariale est désuète : elle date de 2015, explique-t-il.

L'Ordre des dentistes du Québec et le gouvernement sont actuellement en négociations sur le sujet. Dès qu’il y aura un accord, on va être capable d’avoir un dentiste chez nous, juge-t-il.

Des propositions

En parallèle, Simon Deschênes participe à une table nationale sur le dossier des soins de santé en région éloignée.

Il y a fait plusieurs propositions afin d'attirer des dentistes dans ces régions.

Il existe des systèmes de bonus de rémunération, dans les régions plus éloignées. Il faudrait obtenir ce genre de statut avec le créneau dentisterie. Au niveau de l’admission dans les universités : est-ce qu’on pourrait dédier un nombre de places venant de régions éloignées pour des jeunes originaires de ces régions? On aurait un haut pourcentage de ces jeunes qui pourraient revenir pratiquer en région, explique-t-il.

L’élu propose par ailleurs d’inciter les étudiants en dentisterie à venir effectuer leurs stages en dehors des grands centres. Il souhaite aussi que les régions non desservies en soins dentaires aient un accès prioritaire aux fonds gouvernementaux par rapport aux régions qui disposent déjà de cet accès.

Dans un monde idéal, Simon Deschênes espère voir ce printemps l'arrivée d'un dentiste en Haute-Gaspésie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !