•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un marionnettiste autochtone fait sa marque dans la nouvelle version de Fraggle Rock

DerRic Starlight entouré de marionnettes.

DerRic Starlight est passionné par les marionnettes depuis son enfance.

Photo : Fournie par DerRic Starlight

DerRic Starlight a consacré sa vie à l’art de la marionnette. Aussi loin qu’il se souvienne, il a toujours voulu faire de sa passion une carrière. Il n’aurait cependant jamais imaginé travailler sur le plateau de son émission d’enfance préférée : Fraggle Rock.

Lorsque Calgarien a appris, par un de ses amis travaillant dans l’industrie du cinéma, qu’une nouvelle version de l’émission allait être produite à Calgary, il a tout de suite su qu'il devait y participer.

Je lui ai dit : "Il faut leur envoyer mon portfolio, ma chaîne YouTube!" Je prononçais 100 mots à la minute, se rappelle-t-il.

Il m’a dit : "Calme-toi. C’est déjà fait".

Coup de foudre pour les marionnettes

Pour bien comprendre ce que représente l’émission Fraggle Rock pour DerRic Starlight, il faut remonter aux origines de sa passion pour les marionnettes.

Le marionnettiste a grandi sur une réserve de la nation Tsuut'ina, près de Calgary, dans les années 1980.

À l’époque, sa famille n’avait que trois chaînes de télévision.

Je pense que tous les Canadiens vont probablement se souvenir de The Wonderful World of Disney, du Muppet Show et de Fraggle Rock, sur CBC.

« J’adorais les marionnettes. »

— Une citation de  DerRic Starlight, marionnettiste

Chez sa grand-mère, d’où il pouvait observer le centre-ville de Calgary, il rêvait à la célèbre émission de marionnettes Sesame Street.

Je pensais que Sesame Street se trouvait au centre-ville de Calgary, dit-il en rigolant.

Je demandais à ma mère : "Pouvons-nous aller au centre-ville? Cookie Monster, Big Bird, Bart et Ernie vivent là-bas!", se souvient-il.

Ma mère avait beaucoup de difficulté à me faire comprendre que Sesame Street était loin d’ici, à New York. Mais elle m’a dit que je pouvais écrire au père Noël pour lui demander les marionnettes de l’émission.

DerRic Starlight n’avait alors que quatre ans.

Depuis, il n’a jamais arrêté de pratiquer et d’exercer son art. Des réunions familiales à la cour d’école, le jeune garçon s’est mis à apporter ses marionnettes partout où il allait, n’hésitant jamais à se produire en spectacle.

[Ma grand-mère me disait] : "Vas faire ton spectacle des Muppets", et je faisais ma propre version du Muppet Show, raconte-t-il.

Après avoir fréquenté l'École du film de Vancouver, DerRic Starlight a commencé à fabriquer ses propres marionnettes autochtones.

Il dit avoir acquis une renommée en tant que marionnettiste et humoriste auprès de l’auditoire autochtone, notamment grâce à une émission sur le réseau APTN.

Je suis le premier marionnettiste autochtone du pays, lance-t-il fièrement.

DerRick Starlight avec une marionnette devant le logo de la boîte de production américaine Jim Henson.

DerRic Starlight a été embauché pour participer à la nouvelle version de l'émission Fraggle Rock, produite par la boîte de production américaine Jim Henson.

Photo : Fournie par DerRic Starlight

D’une réserve autochtone à Hollywood

Les producteurs de Fraggle Rock l’ont finalement rappelé.

Ils m’ont dit que les auditions étaient terminées depuis deux semaines, mais qu’ils avaient regardé mon travail et voulaient faire une audition spéciale pour moi parce qu’ils avaient adoré mes marionnettes autochtones, raconte-t-il.

Le marionnettiste s’est donc joint à l’émission et a participé à 13 épisodes, tous produits au Calgary Film Center, de janvier à juin 2021.

Il a également été invité par la compagnie de production Jim Henson à un atelier sur la diversité culturelle à Hollywood pendant l’été.

J’ai ouvert la porte aux marionnettistes autochtones. Maintenant, c’est à leur tour, dit-il.

Je peux maintenant dire à ma mère : "Tu vois, je t’avais dit que les Muppets étaient au centre-ville”.

Avec les informations de Terri Trembath

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !