•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Théâtre Cercle Molière se lance dans les produits dérivés

Cartes postales illustrées avec des comédiens.

Ces cartes de souhaits ont été créées par le TCM à partir de croquis de Pauline Boutal et de Christiane Le Goff.

Photo : TCM

Durant la pandémie, le Théâtre Cercle Molière (TCM) a créé trois nouveaux produits dérivés : les masques, les cartes de souhaits et les sacs que le théâtre propose à la vente se veulent porteurs de sens.

Ces produits dérivés répondent à différents besoins précis : faire plaisir, soutenir financièrement le théâtre, communiquer et transmettre l'histoire de la compagnie.

« En les achetant, c'est une manière d'appuyer le TCM.  »

— Une citation de  Maxine Robert, responsable du marketing et des communications au TCM

Un sac en tissu a été créé à partir de l'identité visuelle du TCM conçue par l'artiste winnipégoise Anna Binta Diallo.

À l'origine de l'idée, la responsable du marketing et des communications, Maxine Robert, confie qu'il s'agit d'un coup de cœur qu'elle souhaitait partager avec le public. Je trouvais ça particulièrement beau cette année. C’est un goût personnel, mais je me disais ça pourrait être un beau cadeau pour les gens qui participaient à des événements en particulier. Et on a décidé de vendre ceux qui restaient.

Sac en tissu.

Ce sac a été conçu à partir de l'identité visuelle créée par Anna Binta Diallo pour la saison 2021/2022 du TCM.

Photo : TCM

Un masque est également né, directement inspiré de la situation pandémique. Le masque, ça s’explique car on en avait tous besoin au bureau. Et, en même temps, si les gens portent le masque, c’est du marketing pour nous aussi. Tant qu’à porter un masque, autant que cela soit avec nos couleurs!, précise-t-elle.

Des cartes de souhaits pour transmettre un héritage culturel

Des cartes de souhaits reprenant des œuvres de Pauline Boutal et de Christiane Le Goff ont été imprimées.

Le projet date de quelques années. D'anciennes pièces de Christine Le Goff et de Pauline Boutal avaient déjà été choisies. Il y avait déjà une ébauche de cartes que j’ai reprise et j’ai avancé avec ce projet-là. Je les ai faites reproduire et je me suis dit que ça serait un beau cadeau souvenir, explique Maxine Robert.

Les dessins représentent des personnages et des mises en scène de pièces de théâtre créées entre 1926 et 1962 par Pauline Boutal, directrice artistique du TCM de 1941 à 1968 et par sa sœur, Christiane Le Goff, qui a également joué un rôle important dans l'histoire de la troupe de théâtre francophone.

Cartes postales avec des croquis de comédiens.

Ces cartes de souhaits ont été créées par le Théâtre Cercle Molière à partir des croquis de spectacle de Pauline Boutal et Christiane Le Goff.

Photo : TCM

Ces cartes participent à la transmission et à la découverte. Pour Maxine Robert, on peut voir quelque chose fait par nos ancêtres et on peut découvrir un aperçu de ce qui se passe dans une pièce de théâtre.

« Je trouve ça bien de voir quelque chose sur papier avant de l'avoir vu sur scène. »

— Une citation de  Maxine Robert, responsable du marketing

La démarche de production est réfléchie avec des impressions locales réalisées à Winnipeg pour les sacs en tissus et les cartes de souhaits. On est vraiment dans un esprit écologique en produisant des produits qu’on pourra réutiliser autant que possible et en produisant en petites quantités, souligne Maxine Robert.

Un début qui en appelle d'autres puisque le TCM envisage de poursuivre sur cette voie. On va produire quelque chose pour le Festival théâtre jeunesse, confie la responsable du marketing et des communications. Pour autant, le projet du théâtre est de créer seulement lorsque cela est pertinent. C’est sûr qu’on va vouloir développer d’autres choses quand on aura d'autres bonnes idées, conclut Maxine Robert.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !