•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Manitobain accusé de 88 chefs liés à l’exploitation sexuelle des enfants

Logo de l'application snapchat

L'homme restera en détention et comparaîtra à la Cour provinciale de Brandon le 10 février 2022 pour toutes ces accusations (archives).

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Radio-Canada

Un homme de Neepawa, au Manitoba, fait face à 88 chefs d’accusation en rapport avec l’exploitation sexuelle des enfants, a annoncé vendredi la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Âgé d'une vingtaine d'années, il a été arrêté mercredi alors qu’il ne respectait pas les conditions d'une libération conditionnelle obtenue après des accusations similaires.

Le Groupe de la lutte contre l’exploitation des enfants sur Internet (GLCEEI) de la GRC a établi que l’homme se faisait passer pour un adolescent pour parler à des jeunes filles âgées de 11 à 17 ans sur le réseau social Snapchat entre mars 2019 et avril 2021.

Les enquêteurs expliquent qu’il leur demandait des photos de nature sexuelle, allant même jusqu’à les rencontrer en personne.

«  Nous craignons fortement qu’il y ait d’autres victimes. »

— Une citation de  Gord Olson, gendarme du Groupe contre l’exploitation des enfants sur internet

Plusieurs comptes, un même homme

Selon la police fédérale, l’accusé utilisait plusieurs comptes Snapchat pour approcher ses victimes : kingmac6675, itsjaaaay1, brandonnjay6493, jaimec044, privateaccn2021, neepawanoypi20 et jcntno2021.

Le jeune homme fait maintenant face à 88 chefs d'accusation, dont production de pornographie juvénile, incitation à des contacts sexuels, contacts et agression sexuels ou encore obtention de services sexuels moyennant rétribution.

Malheureusement, nous sommes témoins d’exploitation d’enfants chaque jour. Les enfants sont vulnérables. Nous tenons à rappeler aux parents et gardiens de parler régulièrement de sécurité en ligne avec leurs enfants, en plus de surveiller leurs activités en ligne pour minimiser les risques d’exploitation., ajoute le gendarme dans un communiqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !