•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CN ne donnera pas suite à des accusations d’outrage dans le mouvement wet’suwet’en

Des manifestants brandissent une banderole en soutien aux Wet'suwet'en.

Le barrage érigé le long du chemin de fer près de New Hazelton a été démantelé après quelques jours.

Photo : Lillian Granley

Radio-Canada

Le Canadien National (CN) ne donnera pas suite aux accusations d’outrage visant une douzaine de personnes, dont des membres de la nation Gitxsan et trois chefs héréditaires. Ils avaient été arrêtées pour avoir bloqué une voie ferrée près de New Hazelton, dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique, au début du mouvement de soutien aux Wet'suwet'en.

En février 2020, alors que le soutien aux Wet'suwet'en opposés pour certains à la construction du pipeline Coastal GasLink dans le nord de la province prenait forme, de nombreux blocages de lignes de chemin de fer ont eu lieu aux quatre coins du Canada.

Ces blocages visaient notamment à répondre à l’arrestation de manifestants dans le nord de la Colombie-Britannique.

Le blocage de la voie principale du chemin de fer sur le territoire Gitxsan a fait partie de la série de barrages de voies ferrées qui se sont produits partout au pays.

Le 24 février 2020, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a arrêté le groupe de manifestants près de New Hazelton, au nord de Houston, accusés d’avoir brisé l’injonction de la Cour interdisant l'intrusion, l’obstruction et toute intimidation le long de la voie ferrée du CN.

L’an dernier, le Service des poursuites de la Colombie-Britannique a refusé d’approuver les accusations criminelles portées contre le groupe, indiquant qu’il n’était pas d’intérêt public de le faire.

Le choix a donc été laissé au Canadien National, qui a décidé, cette semaine, d’abandonner les accusations.

Martin Peters, l’avocat des accusés, indique que le geste du CN est une bonne nouvelle, mais que d’autres sujets en lien avec les questions autochtones ne sont toujours pas réglés, comme les droits liés au territoire.

Cela fait 114 ans que la ligne de chemin de fer traverse le territoire Gitxsan, sans aucune compensation quant au fait qu’il s’agit de terres ancestrales, affirme-t-il.

Avec des informations de Betsy Trumpener

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !