•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sondage en ligne sur le syndrome post-COVID-19 parmi les Néo-Écossais

Une jeune femme portant un masque et sa mère assises sur un divan.

La Nouvelle-Écosse souhaite entendre les personnes qui présentent encore des symptômes de COVID, 12 semaines après leur test positif.

Photo : Reuters / Nora Savosnick

Radio-Canada

La Santé publique de la Nouvelle-Écosse n'appelle plus les gens pour faire le suivi de leurs cas de COVID-19 et leur demande plutôt de remplir un sondage en ligne pour aider à suivre les symptômes qui persistent après trois mois.

Cette enquête en ligne est la continuation de l'enquête téléphonique qui a commencé l'année dernière, explique Ashley Harnish, gestionnaire des services de santé pour Santé Nouvelle-Écosse.

L’équipe de la Santé publique veut entendre les gens qui ont reçu un diagnostic de COVID-19 il y a trois mois ou plus et qui vivent encore avec des symptômes liés à la maladie.

Avant, tous les Néo-Écossais qui recevaient un test positif recevaient un appel téléphonique de suivi d'un responsable de la santé publique, qui lui posait les questions de l'enquête.

Mais en raison du nombre et des tests rapides, nous avons opté pour une plate-forme en ligne afin que les individus puissent compléter cette plate-forme par eux-mêmes, explique Ashley Harnish.

Au total, environ 2 000 personnes ont répondu au sondage. Seul un petit nombre a rempli la version en ligne depuis son lancement plus tôt ce mois-ci. Les deux enquêtes examinent les besoins liés à la COVID-19 qui se poursuivent après qu'une personne ait dépassé le temps de récupération typique.

« Est-ce qu'ils ont des symptômes? Si oui, est-ce qu'ils ont une déficience fonctionnelle à cause de ça?  »

— Une citation de  Ashley Harnish, gestionnaire des services de santé pour Santé Nouvelle-Écosse

Si une personne sondée en ligne souffre du syndrome post-COVID-19, l'autorité sanitaire va demander à un membre du personnel de contacter la personne pour lui offrir de l'aide.

En Nouvelle-Écosse, les gens reçoivent généralement jusqu'à 12 semaines de soutien de la santé publique après un test COVID-19 positif.

C'est après ces 12 semaines, donc environ trois mois, que nous sommes mobilisés pour répondre aux besoins, dit Ashley Harnish.

Elle ajoute que des enquêtes nationales ont révélé qu'environ 10 % des personnes atteintes de COVID-19 auront besoin d'un soutien pendant plus de trois mois.

C’est ce que nous voyons aussi dans nos chiffres en Nouvelle-Écosse, où 10 % des gens qui ont contracté le virus identifié un besoin continu et environ 2 % note une déficience importante qui persiste.

Elle explique qu’il peut s’agir de fatigue et de difficultés de concentration. Parfois, certaines personnes ont des symptômes qui ont un impact sur leur capacité à retourner travailler.

Les cas qui s’inscrivent dans le 2 % ont tendance à signaler une fatigue continue, des problèmes de concentration et de mémoire et une faiblesse musculaire.

Jusqu'à présent, la Santé publique n’a pas décelé de schémas clairs parmi les personnes qui présentent les symptômes du syndrome post-COVID-19, mais les responsables continuent d’enquêter.

Le sondage se concentre sur l'identification des problèmes pour trouver des solutions possibles.

Aucune des réponses ne sera utilisée à des fins de recherche, bien que l'autorité sanitaire puisse demander le consentement de l'utiliser à cette fin.

Avec les informations de Jon Tattrie de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !