•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président du Kazakhstan prend la tête du parti du pouvoir

Kassym-Jomart Tokaïev en conférence de presse.

Kassym-Jomart Tokaïev est le président du Kazakhstan depuis mars 2019.

Photo : Reuters / SPUTNIK

Agence France-Presse

Le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokaïev, a pris vendredi la tête du parti au pouvoir, un geste qui cimente son autorité dans la foulée d'émeutes sanglantes en écartant à nouveau d'un poste d'influence son prédécesseur Noursoultan Nazarbaïev.

Sur décision du XXIe congrès extraordinaire du parti, le président de la République du Kazakhstan, Kassym-Jomart [Tokaïev], a été élu à l'unanimité président du parti Nour Otan, a annoncé la présidence kazakhe sur Twitter.

Des manifestations juste après le Nouvel An contre le coût du carburant avaient rapidement dégénéré en émeutes au Kazakhstan, avant une répression à balles réelles.

Ces événements ont fait 225 morts, selon un bilan officiel, et M. Tokaïev a estimé qu'ils étaient le fait d'un complot de terroristes fomenté à l'étranger, sans jamais apporter d'éléments en ce sens.

Des employés devant un édifice endommagé par le feu.

Des employés municipaux d’Almaty s’apprêtent à couvrir le bâtiment de l'hôtel de ville incendié.

Photo : Associated Press / Sergei Grits

En pleine crise, il a écarté son influent prédécesseur, le chef de la nation Noursoultan Nazarbaïev (1990-2019), de la tête du puissant Conseil de sécurité et arrêté l'un de ses proches, le patron du service de renseignement Karim Massimov.

Puis M. Tokaïev a souligné que les proches de l'ancien chef de l'État s'étaient indûment enrichis, dans ce pays regorgeant d'hydrocarbures et de minerais, gangréné par la corruption des élites et le népotisme.

Les gendres, un neveu et un petit-fils de l'ex-président ont été écartés de postes clés.

Noursoultan Nazarbaïev, 81 ans, ne s'est exprimé qu'une fois depuis le début de l'année, près de deux semaines après les émeutes, pour affirmer depuis un lieu indéterminé son allégeance à son successeur en disant n'être qu'un retraité.

Il conservait néanmoins jusqu'à vendredi la tête du parti du pouvoir.

Le Parlement doit aussi prochainement décider s'il va lever certains des privilèges de M. Nazarbaïev, dont la capitale porte le prénom.

Kassym-Jomart Tokaïev a été choisi par son prédécesseur pour lui succéder. Ce diplomate de 68 ans était considéré comme un sujet loyal de M. Nazarbaïev.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !