•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Richard Stanwick, retraité après 26 ans au service de la santé publique en C.-B.

Le médecin hygiéniste en chef de la régie de santé de l'île de Vancouver, Richard Stanwick.

Dr. Richard Stanwick, médecin-hygiéniste en chef de la régie de santé de l'île de Vancouver, a lutté activement contre le tabagisme en intérieur dans la région de la capitale.

Photo : Radio-Canada / Island Health

Le médecin-hygiéniste en chef de la régie de santé de l'île de Vancouver, Richard Stanwick, prend sa retraite après deux décennies de service. S’il se félicite de la gestion de la pandémie par les autorités sanitaires provinciales, il affirme que celle-ci ainsi que les changements climatiques vont bouleverser les enjeux de santé publique à l'avenir.

Alors qu'il pensait se retirer du monde professionnel en 2020, Richard Stanwick s’est fait rattraper par la pandémie de COVID-19.

Pédiatre de formation, celui qui a d'abord été le médecin-hygiéniste du district régional de la capitale Victoria entre 1995 et 2001 a activement collaboré au protocole de lutte contre la COVID-19 en Colombie-Britannique, au côté de la docteure Bonnie Henry.

Mais à l’heure de tirer sa révérence, Richard Stanwick est inquiet des conséquences indirectes de la pandémie. Il affirme que pour la première fois depuis 1921, l'espérance de vie est en baisse de 7 mois.

Les niveaux de stress sont phénoménaux, a-t-il déclaré jeudi matin lors d’une conférence de presse à Victoria.

Il affirme que ces derniers sont aussi en partie responsables de la recrudescence de la consommation d'alcool et de stupéfiants, des violences physiques et verbales.

La COVID-19 a changé la donne

Tous ces facteurs de stress et ces impacts […], contribuent autant que la COVID-19 et que la crise des opioïdes à cette réduction globale de l'espérance de vie, a -t-il déclaré.

Selon Richard Stanwick, cette pandémie va provoquer un bouleversement majeur dans l’approche des enjeux de santé publique.

Il explique qu’au sortir de la COVID-19, il y a tellement de choses qui vont devoir changer, que ce soit la façon dont nous pratiquons la santé publique, la façon dont nous pratiquons la médecine en général, la façon dont nous fournissons même les soins primaires.

Richard Stanwick se dit également préoccupé par les effets des changements climatiques sur la santé.

Les événements météorologiques qui ont ébranlé la province en 2021, comme les inondations provoquées par une rivière atmosphérique, le dôme de chaleur ou encore les feux de forêt, ont eu un impact sur la qualité de l’air, selon lui, et sont amenés à se reproduire, plus fréquemment et plus intensément.

Changements climatiques et santé publique, le nouveau défi

Pour celui qui a longtemps œuvré afin d'améliorer la qualité de l’eau potable insulaire, le réchauffement climatique fait peser une nouvelle menace.

Les communautés qui comptaient sur le manteau neigeux constatent que celui-ci disparaît très, très rapidement et la capacité de créer un stockage et des moyens de maintenir cette eau dans un bon état, vierge, pour un déploiement ultérieur, va constituer un énorme défi, explique M. Stanwick.

Avant de quitter définitivement ses fonctions vendredi, Richard Stanwick adresse une recommandation pour relever ces nombreux et nouveaux défis : nous aurons besoin de toute une série de personnes formées dans ces domaines pour pouvoir aller de l'avant.

De ses 26 années passées au service de la santé publique sur l'île de Vancouver, Richard Stanwick retient notamment son combat contre le tabagisme en intérieur.

Il a fait interdire cette pratique dans la région de la capitale en 1999 et affirme que c'est l'une de ses réalisations les plus satisfaisantes, qui a d’ailleurs inspiré d'autres juridictions au Canada.

Ce que nous avons accompli dans le district régional de la capitale a servi de modèle à des endroits comme Ottawa, Toronto, Calgary. C'est un classique de la santé publique lorsqu'une zone, une région ou une ville obtient un gain de santé publique qui améliore la santé du public, nous partageons ces connaissances, a-t-il souligné.

La régie de santé de l'île de Vancouver a lancé une procédure de recrutement international pour trouver un nouveau médecin-hygiéniste en chef. En attendant, le docteur Murray Fyfe assure l'intérim de la fonction.

Avec des informations de Kathryn Marlow

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !