•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nombreux camionneurs de la région se joindront au mouvement de protestation à Ottawa

Un camion rouge en avant-plan roule sur la transcanadienne à Headingley, alors que des gens se trouvent dans l'accotement.

Le reportage de Pierre Marceau

Photo : Radio-Canada / Cameron MacIntosh

Radio-Canada

Des camionneurs de la Mauricie et du Centre-du-Québec se mettront en route samedi en direction d’Ottawa pour protester contre les mesures annoncées par le gouvernement canadien.

À Trois-Rivières, le point de ralliement a été fixé au Centre Les Rivières. Le convoi se mettra en branle à 7 h.

Au fil de la route, d’autres groupes de camionneurs se joindront les uns aux autres. Les convois d'avant vont se greffer à nous et les [autres] d'après aussi. Donc, je ne fais aucune halte nulle part, jusqu'à la halte 50 et à la halte 50 je vais rejoindre plusieurs groupes, a expliqué l’organisateur de convoi, Dominic Lockhead.

On ne sait pas combien y prendront part. Dominic Goudreau, propriétaire de Transport DG Express, dont le siège social est à Bécancour, a affirmé que le cortège s’étirera sur plusieurs kilomètres. D'après moi on ne se rend même pas à Ottawa avec le line up de véhicules qui va avoir, d'après moi c'est sûr qu'on se rend pas à Ottawa.

Dominique Goudreau, propriétaire de Transport DG Express de Bécancour, sourit à la caméra.

Dominique Goudreau, propriétaire de Transport DG Express de Bécancour

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

Une industrie malmenée

Les conséquences générées par la COVID-19 sur l’industrie du camionnage entraîne beaucoup de frustrations chez les camionneurs.

À l’émission En direct, Dominic Goudreau a rappelé combien les conditions des camionneurs étaient difficiles au début de la pandémie. Traverser les frontières, le jugement des gens, tout a été fermé, c’était difficile pour eux de prendre une douche quand ils partaient toute une semaine, les restaurants étaient fermés, les toilettes aussi. Pendant ce temps-là, les chauffeurs de camions passaient pour des héros parce qu’ils étaient au front et ont continué à transporter.

Aujourd’hui, il estime que c’est à son tour d’apporter son soutien à ses employés, même s’il se tient à l’écart dans ce genre de manifestation, habituellement. Pour les mesures sanitaires, pour que ça se règle. Parce que ça fait tellement mal à l'industrie. Nous on a de la misère à s'approvisionner pour les pièces, le diesel qui arrête pas de monter. Les coups sont exorbitants. Ça explose de semaine en semaine.

Une manifestation pacifique

Pour l’organisateur de convoi, Dominic Lockhead la manifestation doit demeurer pacifique, aucun débordement ne sera toléré.

Dès vendredi, un premier convoi en provenance de l'Est-du-Québec devrait passer sur l'autoroute 40, vers 11 h. Il nous donnera un aperçu de l’ampleur de la mobilisation.

D’après le reportage de Pierre Marceau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !