•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le recours à des fournisseurs locaux pourrait atténuer les pénuries, selon un expert

Des tablettes avec des espaces vides.

Qu'il s'agisse de la production, du transport ou de la transformation, tous les maillons de la chaîne d’approvisionnement sont touchés. (archives)

Photo : Radio-Canada / Alexander Behne

Radio-Canada

Des interruptions dans la chaîne d’approvisionnement entraînent des pénuries dans les magasins de la Saskatchewan. Selon le doyen de l'école de commerce Edwards School of Business à l’Université de la Saskatchewan, Keith Willoughby, le recours à des entreprises locales pourrait aider à rectifier la situation.

Dans une entrevue à CBC/Radio-Canada, Keith Willoughby affirme que la Saskatchewan est trop dépendante des fournisseurs étrangers et que la sécurité alimentaire de la province est à la merci de facteurs qui ne dépendent pas d'elle.

Selon lui, l'adéquation entre la demande des consommateurs et la capacité de la chaîne d'approvisionnement était fragile pour toutes sortes de facteurs. Ces problèmes ont été exacerbés avec la pandémie et montrent la dépendance de la chaîne d'approvisionnement envers la production internationale.

« On voit des retards dans la livraison. Les entreprises doivent choisir quels produits envoyer selon les ressources disponibles. Donc, ces problèmes d'approvisionnement proviennent de l'étranger. »

— Une citation de  Keith Willoughby, doyen de l’Edwards School of Business à l’Université de la Saskatchewan

Keith Willoughby estime que les problèmes auxquels le système d'approvisionnement se heurte pourraient être atténués en demandant aux entreprises locales de pallier le manque à gagner.

Le professeur exhorte les commerçants à compter sur des sources locales pour alimenter leurs chaînes d'approvisionnement, quand cela est possible.

Cela leur permettra de réduire le niveau de changements et d'être moins vulnérables aux pénuries. Je pense que c'est l'approche la plus sage, dit-il.

Il affirme que cette approche pourrait être plus coûteuse, mais que, ainsi, les tablettes des magasins devraient rester bien remplies pendant plus longtemps.

Présentement, des pénuries d’aliments, de produits ménagers et même de voitures se font ressentir en Saskatchewan.

Avec des informations de Mercia Moosely

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !