•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Défi Château de neige fort populaire chez la famille Bélec-Maltais

Les membres de la famille Bélec-Maltais pose devant son château de neige.

Le château de neige de la famille Bélec-Maltais.

Photo : Radio-Canada / Romy Boutin St-Pierre

Radio-Canada

Le Défi Château de neige bat présentement son plein au Québec avec près de 1000 inscriptions. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, une trentaine de forts sont déjà répertoriés, dont celui de la famille Bélec-Maltais à Alma.

Dans la région, le concours est porté par le Regroupement loisirs et sports (RLS) Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Les gens peuvent faire un château et l’inscrire sur le site internet du Défi Château de neige. Il y a même une carte virtuelle qui comptabilise tous les châteaux de la province, a expliqué Alexandra Larouche, coordonnatrice aux activités pour le RLS.

Au Québec, 4000 groupes avaient participé au défi l’hiver dernier. Ça continue jusqu’au 14 mars, donc d’après moi, on devrait avoir un beau nombre à la toute fin, a-t-elle poursuivi.

Alexandra Larouche.

Alexandra Larouche est coordonnatrice aux activités au Regroupement loisirs et sports du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Photo : Radio-Canada / Romy Boutin St-Pierre

Chaque semaine, des prix de présence sont tirés parmi les participants inscrits. La famille Bélec-Maltais a été l’heureuse gagnante cette semaine.

C’est la deuxième année que la famille construit son château chez le grand-père à Alma, sur le bord du lac Saint-Jean. Cette fois-ci, des remparts ont été érigés pour protéger des dangers.

Milie Bélec

Milie Bélec, 9 ans, fière participante à la création du château

Photo : Radio-Canada / Romy Boutin St-Pierre

Je suis vraiment fière, parce que l’année passée, on n’avait pas de deuxième étage pour les enfants, mais là, on en a un, a raconté la jeune Milie Bélec.

Son petit frère, Édouard, a un rôle bien particulier dans ce fort de neige. C’est à lui que revient la tâche de charger les catapultes…

Édouard Bélec.

Édouard Bélec, 5 ans, veille sur le feu et protège le château.

Photo : Radio-Canada / Romy Boutin St-Pierre

Même le plus grand danger réel, le froid, s’affaiblit lorsqu’il tente de passer l’enceinte du fort.

Le vent arrive comme ça, du lac, ça fait que ça isole, tout simplement. Ça fait qu’avec un feu, on est capable de se monter ça. On se fait des repas sur la braise, a ajouté Étienne Bélec, le père de Milie et Édouard.

Le plus gros des défis a été de construire les murs du château.

À Noël, il n'y avait quasiment pas de neige, ça fait qu’on est allés chez les voisins. On a tout ramassé la neige des voisins. Et on formait comme un solage de maison. Quatre pieds par quatre pieds par huit pieds, a chiffré le grand-père, Mario Maltais.

Mario Maltais.

Le château a pris forme sur le terrain et avec l'aide du grand-papa, Mario Maltais.

Photo : Radio-Canada / Romy Boutin St-Pierre

Il reste maintenant à entretenir le fort jusqu’à la fin de l’hiver.

Ce qui est impressionnant c’est que plus l’hiver avance, plus il grossit, mais on a un bon fond de glace bien solide, a continué Étienne.

D'après un reportage de Romy Boutin St-Pierre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Divertissement