•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anglade a une vision étroite du 3e lien, dit Lehouillier

Montage photo de type diptyque montrant Dominique Anglade et Gilles Lehouillier.

Gilles Lehouillier affirme ne pas être surpris par les récents propos de Dominique Anglade sur le troisième lien. (Archives)

Photo : Jacques Boissinot/La Presse Canadienne, Daniel Coulombe/Radio-Canada

Dominique Anglade manque de perspective lorsqu’elle affirme que les 10 milliards de dollars nécessaires à la construction du tunnel entre Québec et Lévis seraient plus utiles en santé et en éducation, croit Gilles Lehouillier.

C'est une courte vue puis je vais vous dire pourquoi. C'est simple, on pourrait dire la même chose pour le tramway et on pourrait dire la même chose pour les dizaines et les dizaines [...] de milliards qui sont investis [dans les infrastructures] à Montréal, a déclaré le maire de Lévis jeudi.

M. Lehouillier réagissait aux propos tenus la veille par la cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ), Dominique Anglade, qui s’est dite prête à abandonner le projet de troisième lien si elle est élue première ministre.

Plutôt que de faire un trou dans le fleuve, un trou de 10 milliards, on décide d'investir cet argent-là dans la santé et dans l'éducation, a lancé la cheffe libérale mercredi.

Pas une surprise

Ces propos n’ont pas fait tomber Gilles Lehouillier en bas de sa chaise. La position de Mme Anglade ne nous étonne pas du tout. On savait depuis le début qu'elle était contre le projet, a-t-il indiqué.

Esquisse du projet de tunnel entre Québec et Lévis.

Le gouvernement Legault estime que la construction du tunnel entre Québec et Lévis coûtera 10 milliards de dollars. (Archives)

Photo : Gouvernement du Québec

Le maire a laissé entendre que le discours de Mme Anglade serait différent si son parti détenait des circonscriptions dans la grande région de Québec.

« On comprend que la clientèle du Parti libéral est surtout de Montréal. Donc, c'est évident qu'on ne remettra pas trop en question les projets à Montréal. »

— Une citation de  Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Juste part

Le maire de Lévis juge qu'à l'instar des autres régions du Québec, la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches ont droit à leur juste part d'investissements dans les infrastructures.

Les coûts du Réseau express de la Capitale, qui inclut le troisième lien et le tramway de Québec, représentent peu de chose selon lui par rapport aux sommes investies dans la Métropole.

Gilles Lehouillier lors d'une conférence de presse.

Gilles Lehouillier croit fermement que le gouvernement de la CAQ ira de l’avant avec la construction du troisième lien. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cloutier

Gilles Lehouillier dit avoir la conviction que le gouvernement Legault ira de l’avant avec la construction du tunnel entre Québec et Lévis.

Il a rappelé que la Coalition avenir Québec s’était fait élire en 2018 en promettant de construire un troisième lien au-dessus du fleuve Saint-Laurent.

Le gouvernement a toujours dit : "nous, on ne gérera pas en fonction de groupes de pression ou de minorités". Donc, finalement, ce qu'il faut dire dans ce dossier-là, c'est que le gouvernement a pris une décision. Il y a eu une campagne électorale il y a quatre ans [et] la décision a été prise, a insisté Gilles Lehouillier.

Un projet gnochon, dit le PQ

À l’Assemblée nationale, le chef du Parti québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon, a été invité à son tour à commenter la sortie de Dominique Anglade sur le troisième lien.

Plan rapproché de Paul St-Pierre Plamondon.

Paul St-Pierre Plamondon a qualifié jeudi le troisième lien de projet de «gnochon».

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Selon lui, la cheffe libérale a fini par adopter la position que défend le PQ depuis fort longtemps, à savoir qu’il est injustifiable de dépenser autant d’argent dans un tel projet compte tenu des besoins ailleurs.

C'est un projet que je qualifierais de gnochon [...] Avec les besoins qu'on a en infrastructure, pour la santé, pour l'éducation, pour les transports collectifs et les infrastructures de la ville de Québec, c'est injustifiable que de dépenser entre 10 et 15 milliards, a lancé le chef péquiste, qui anticipe déjà d’importants dépassements de coûts.

Avec la collaboration de Marc-Antoine Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !