•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une troisième dose plus hâtive aurait-elle pu sauver des vies?

Patricia Timmons, 74 ans, reçoit le vaccin contre la COVID-19 à Toronto.

Au Québec, les personnes de 70 ans et plus ont pu prendre rendez-vous pour une dose de rappel à la fin de novembre. (Archives)

Photo : CBC/Evan Mitsui

Janvier 2022 a été l'un des mois les plus meurtriers depuis le début de la pandémie au Québec. Certains professionnels associent cette mortalité importante à l’administration tardive de la dose de rappel chez les aînés qui ne sont pas hébergés en établissement.

Les plus de 70 ans représentent 87 % des 1200 décès liés à la COVID-19 au mois de janvier dans la province. La plupart sont décédés à leur domicile.

On ne peut pas le voir autrement qu'un échec. Quand les gens meurent d'une maladie qui est [évitable], c'est un échec, tranche Donald Vinh, microbiologiste-infectiologue au Centre universitaire de santé McGill.

Le spécialiste pointe du doigt la campagne de communication de la santé publique.

« Il y a une grande partie des aînés qui ne savent pas qu'ils devraient recevoir une troisième dose. »

— Une citation de  Donald Vinh, microbiologiste-infectiologue, Centre universitaire de santé McGill

Les personnes âgées de 70 ans et plus qui vivent à la maison ont pu prendre rendez-vous pour leur dose de rappel à partir de la fin de novembre. Les résidents des CHSLD et RPA, eux, ont été vaccinés à la mi-octobre.

Pour les aînés fragiles, il y avait un processus par lequel on était capable d'entrer dans ces institutions [comme les RPA et les CHSLD] pour administrer le vaccin, ajoute Donald Vinh. Par contre, ceux dans la communauté, il fallait se déplacer pour aller chercher le vaccin. Il faut avoir la technologie pour le rendez-vous et le transport pour se déplacer.

Or, plusieurs aînés peinent à utiliser les technologies de communication et certains ont de la difficulté à se déplacer par eux-mêmes, souligne-t-il.

Une femme regarde un ordinateur portable.

Le portail pour la prise de rendez-vous pour la vaccination est accessible en ligne. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Parmi les personnes de plus de 70 ans décédées au cours de la vague actuelle, 35 % avaient reçu une 3e dose de vaccin et 22 % n'en avaient reçu aucune.

Le Dr David Lussier, gériatre à l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM), n'est pas aussi catégorique que Donald Vinh.

Si on avait vacciné tout le monde en novembre, est-ce qu'on aurait évité tous ces décès-là? C'est vraiment très difficile à dire, nuance-t-il.

Il précise d’ailleurs que les aînés qui habitent à domicile ont aussi été surreprésentés au tableau des décès de la COVID-19 au cours des vagues précédentes.

En date de jeudi, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec signale que 78 % des 60 ans et plus ont reçu une troisième dose de vaccin.

Situation toujours stable dans les hôpitaux de Québec

La province a connu jeudi une forte baisse du nombre global d’hospitalisations en raison de la COVID-19. Dans les hôpitaux de la grande région de Québec, la situation est demeurée stable.

La Capitale-Nationale compte une hospitalisation de plus par rapport à la veille, pour un total de 262, dont 20 aux soins intensifs. En Chaudière-Appalaches, deux personnes de moins sont hospitalisées, pour un total de 124, dont 10 aux soins intensifs.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc et de La Presse canadienne

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !