•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sylvain Blais entame un dernier mandat de 5 ans à la tête du Cégep

Un homme pose pour la caméra dans son bureau, souriant.

Sylvain Blais, directeur général du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

Le directeur général du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue Sylvain Blais vient d'obtenir un nouveau mandat de 5 ans à la tête de l'institution.

Le renouvellement du mandat a été confirmé par le conseil d'administration qui met de l'avant les qualités du dirigeant, son honnêteté, sa rigueur, son leadership pédagogique et politique.

Sylvain Blais entamera son troisième mandat en août prochain et assure que ce sera le dernier. Il affirme qu'il devra préparer son successeur.

« L'institution a toujours eu une bonne notoriété auprès de la population de l'Abitibi-Témiscamingue et aussi à travers le Québec. Je pense que j'y ai contribué dans les 7 ou 8 dernières années, comme mes prédécesseurs, comme l'entièreté de l'équipe et tous les employés du Cégep. »

— Une citation de  Sylvain Blais, directeur général du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue

Pour les 5 années à venir, le défi de la main-d'œuvre sera au cœur des préoccupations de l'institution d'enseignement.

La pénurie de main-d'œuvre que nos entreprises régionales vivent et subissent, comment le Cégep va pouvoir aider? Et même au sein de notre organisation, comment on va réorganiser nos choses pour tenter d'avoir à moins utiliser les ressources humaines, se demande Sylvain Blais.

Le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue au campus de Rouyn-Noranda.

Le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue au campus de Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Andrei Audet

Ce n'est pas qu'on n'aime pas embaucher, mais quand on est incapable d'en trouver, il faut revoir nos processus, nos procédures, nos façons de faire, pour tenter de trouver là où on n'a pas le choix qu'une ressource humaine intervienne [...] de faire le tour du processus pour être moins dépendant d'une ressource humaine qu'on est incapable de trouver, dit-il.

Par ailleurs, il rappelle la revendication du Regroupement des cégeps de régions dont fait partie son institution.

Sylvain Blais souhaite pouvoir accueillir plus d'étudiants et que l'État investisse dans la mobilité des étudiants pour leur permettre d'aller étudier en région.

On a des espaces physiques pour pouvoir accueillir plus d'étudiants qu'on a actuellement. Le Cégep a déjà accueilli près de 2800 étudiants, puis aujourd'hui on est à peine à 2000 étudiants, regrette le premier responsable du Cégep.

On a des espaces disponibles à même nos infrastructures et on souhaite pouvoir les mettre à contribution. En même temps pour pouvoir accueillir et être attractif, on a aussi besoin d'investissements dans nos infrastructures d'accueil, les gymnases, les résidences qui datent. Il faut effectivement avoir des sommes pour pouvoir les rénover et les mettre au goût du jour, soutient Sylvain Blais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !