•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voie de contournement : plusieurs préoccupations présentées à la consultation virtuelle

Un train de marchandises du CP circule sur des rails qui traversent un champ enneigé sur fond de ciel bleu.

Plusieurs citoyens ont des préoccupations concernant la voie de contournement.

Photo : cpr.ca

Radio-Canada

Des propriétaires concernés par le tracé de la voie de contournement, dans la région de Lac-Mégantic, ont fait part de leurs préoccupations jeudi lors des séances virtuelles en marge de la consultation publique tenue par Transports Canada.

Le ministère a lancé cette consultation le 21 janvier. Deux périodes de consultations en virtuelle étaient prévues ce jeudi pour mieux connaître les interrogations et les inquiétudes des citoyens.

Le Canadien Pacifique (CP) a participé aux échanges, et a également répondu aux nombreuses questions des participants. Entre autres, il a mentionné que le nombre de passages à niveau avait été réduit de 16 à 4, que des murs antibruit allaient être aménagés et que les wagons allaient être garés dans le parc industriel, à la gare de triage, et non plus à Nantes.

Le CP a aussi souligné que le début des travaux était prévu pour ce printemps, si l'Office des transports du Canada donne son feu vert.

Néanmoins, plusieurs questions de sécurité ont été soulevées par la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécuritaire ferroviaire, qui estime que le plan préliminaire présenté par le CP ne fait rien pour les rassurer.

Le train va traverser le parc industriel, à moins de 500 pieds (150 mètres) de l'usine Tafisa. Il va passer là à 40 miles/h (64 km/h), dénonce le porte-parole de la Coalition, Robert Bellefleur.

Le train va circuler [à cette vitesse] dans des pentes, dans des courbes, ajoute-t-il. Ces trains-là vont être de plus de 10 000 pieds (3 km) de long, plus de 200 wagons. Ça commence à faire pas mal de citernes qui risquent de dérailler dans le parc industriel.

« La question cruciale est qu'on a déjà perdu notre centre-ville à cause d'un train fou en 2013. En 2022, on ne veut pas perdre notre parc industriel où travaillent des centaines et des centaines de travailleurs. On ne veut plus être en danger. »

— Une citation de  Robert Bellefleur, porte-parole de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire

La Coalition des citoyens demande expressément à Transports Canada et au CP de décréter des conditions d’opération permanente de vitesse à 10 miles à l'heure maximum des trains circulant sur l’ensemble du parcours de la future voie de contournement qui traversera les zones sensibles des trois municipalités de Nantes, Lac-Mégantic et Frontenac.

- extrait du mémoire déposé par la Coalition

De son côté, Stacy Patenaude, directrice pour les projets majeurs d'infrastructure de Transports Canada, assure que tout sera sécuritaire. La vitesse maximale sur la voie de contournement sera établie en fonction des normes de sécurité de Transports Canada, affirme-t-elle.

Des négociations qui avancent pour certains, qui piétinent pour d'autres

Afin de construire sa voie de contournement, le CP doit parvenir à une attente avec la quarantaine de propriétaires. Si certaines négociations vont bon train, d'autres sont loin d'être conclues, les propriétaires étant déçus de l'indemnisation de 500 $ offerte pour les inconvénients et les dérangements, pendant les travaux.

On a eu notre claque sur la gueule, hier, déplore Sylvain Côté, citoyen de Lac-Mégantic. On a reçu l'offre, celle qu'on ne voulait pas avoir et qu'on a quand même reçue [...] Depuis le début, on dit que les gens expropriés vont être dédommagés équitablement en raison de la tragédie. On ne voit rien de ça. Et où sont les autorités qui nous ont promis ça au départ?

« 500 $... c'est rire des gens quand on dit qu'on amène le train dans ta cour, et que tu pensais passer une retraite paisible dans un coin tranquille. »

— Une citation de  Sylvain Côté, citoyen de Lac-Mégantic

Jusqu'à présent, 40 millions $ ont été dépensés par Transports Canada en études de faisabilité pour ce projet. Les citoyens ont jusqu'au 4 février pour faire part de leurs commentaires par écrit.

Avec les informations de Jean Arel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !