•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TransAlta veut stocker de l’énergie sur piles au lac Ghost

Le logo de TransAlta au sommet d'un immeuble.

TransAlta prévoit d'investir des centaines de millions de dollars dans des projets d'énergie renouvelable au cours des prochaines années.

Photo : Reuters / Chris Wattie

Radio-Canada

Le fournisseur d’électricité TransAlta veut construire une installation de stockage d'énergie sur piles près du lac Ghost. L'entreprise de Calgary a officiellement déposé sa demande de construction du projet auprès de la Commission des services publics de l’Alberta.

Selon l'entreprise, les piles seront capables d’emmagasiner et de déployer jusqu’à 180 mégawatts d’électricité, ce qui en ferait l’une des plus grandes installations de ce genre. TransAlta affirme que les piles aux ions de lithium seront chargées par l’électricité produite par une centrale hydroélectrique déjà existante au lac Ghost.

Le gestionnaire de projet de TransAlta, Chris Teare, précise que l'électricité produite par les piles sera ensuite réinjectée dans le réseau électrique provincial lorsque la demande d'électricité sera élevée.

« On prend l’énergie de la centrale hydroélectrique, on l’emmagasine jusqu’à ce qu’on en ait besoin et on la réinjecte dans le réseau plus tard. »

— Une citation de  Chris Teare, gestionnaire de projet, TransAlta

Le projet suscite des inquiétudes

Le projet d’une valeur estimée à 120 millions de dollars suscite néanmoins des inquiétudes quant à des fuites des piles, du bruit ou de possibles incendies.

TransAlta affirme que le projet comprendra un certain nombre de protocoles et de systèmes de prévention des incendies conçus pour prévenir, détecter et éteindre tout feu.

Une carte aérienne montrant la zone, sur laquelle sont illustrées les infrastructures du projet.

Carte des infrastructures du projet énergétique proposé près du réservoir Ghost, à l'ouest de Cochrane, en Alberta.

Photo : Transalta (Notre traduction)

Selon Chris Teare, les piles seront surveillées en permanence et immédiatement arrêtées en cas d'anomalie. Il ajoute que toutes les enceintes seront équipées de détecteurs de fumée et de gaz, ainsi que d'un agent extincteur en aérosol.

Nous prévoyons d'élaborer un plan d'intervention d'urgence détaillé avec les premiers intervenants, d'intégrer toutes ces informations et de tenir compte des exigences que le comté [de Rocky View] peut avoir avec ses premiers intervenants, dit-il.

Il ajoute que les unités de piles seront suffisamment espacées pour réduire le risque de propagation d'un incendie d'une unité à l'autre.

Dans une lettre adressée aux parties prenantes, le mois dernier, Chris Teare a répondu à certaines des préoccupations entourant le projet.

Ces dernières années, les fabricants de piles ont accordé une attention particulière à la sécurité liée aux incendies et à l'intégration des leçons tirées des événements passés. Grâce à ces améliorations continues de la conception, les installations de batteries sont considérées comme intrinsèquement sûres, a-t-il écrit.

Vert et plus efficace?

Selon l’Institut Pembina, un centre d’études et de recherches qui se consacre au secteur de l'énergie, les systèmes de stockage d’énergie sur piles peuvent fournir un service plus fiable, même s'ils ne sont pas une solution miracle.

Si l’ensemble du réseau tombe en panne et qu'il y a une centrale reliée à une batterie, on peut la remettre en service, affirme Binnu Jeyakumar, directrice de l’énergie propre à l’Institut Pembina.

Selon elle, les piles peuvent également contribuer à soutenir le réseau lorsque les sources d'énergie éolienne et solaire ne sont pas disponibles, et peuvent aider à décarboniser le réseau électrique.

Avec les informations de Bryan Labby

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !