•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les infirmières syndiquées approuvent la nouvelle convention collective

Un groupe d'hommes et de femmes avec des pancartes.

Les infirmières avaient menacé de faire grève pour s'opposer à la proposition de réduction de leur salaire.

Photo : Radio-Canada / Trevor Wilson

Radio-Canada

Les membres du Syndicat des infirmières unies de l’Alberta (UNA) ont voté à 87 % en faveur de la ratification d’une nouvelle convention collective qui inclut des augmentations de salaire et des ressources supplémentaires.

L’accord, qui s’applique rétroactivement du 1er avril 2020 au 31 mars 2024, couvre les infirmières, qui sont plus de 30 000, employées par Services de santé Alberta (AHS), de Covenant Health, de Lamont Healthcare et du Groupe Bethany.

Il prévoit 4,25 % d’augmentation de salaires sur une durée de 4 ans et un montant forfaitaire de 1 % pour les heures travaillées en 2021 en reconnaissance du travail des employés pendant la pandémie.

L’UNA a également obtenu le transfert de montants forfaitaires à la grille salariale et des soutiens accrus en santé mentale. Un comité sur la charge de travail sera formé et un fonds d’investissement de 7,5 millions de dollars par an permettra d’aider au recrutement et à la rétention des infirmières en milieu rural.

Cette ratification [...] met fin à une des périodes de négociations les plus difficiles et étendues des 44 ans d’histoire du syndicat, a indiqué l’UNA dans son communiqué.

De son côté, le premier ministre Jason Kenney affirme que des compromis ont été faits des deux côtés pour arriver à l’entente.

Je crois qu’il s’agit d’une victoire à la fois pour les infirmières et pour les contribuables , a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse jeudi.

Cela permet de nous assurer que les infirmières albertaines demeurent les mieux payées au Canada. En même temps, cela permet de ramener leur salaire plus près de la moyenne nationale [...] ce qui a toujours été un de nos objectifs.

Deux ans ont été nécessaires pour obtenir cet accord. Selon le directeur des Relations de travail à l’UNA, David Harrigan, la clé a été le consentement d'AHS à revenir sur sa position initiale, qui comprenait une baisse de salaire de 3 %.

Les termes d’une entente de principe avaient finalement été trouvés à la fin de décembre après une médiation de quatre mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !