•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Suède donne son feu vert à l’enfouissement des déchets nucléaires pour 100 000 ans

Un tunnel creusé dans la pierre.

Des déchets nucléaires sont stockés à la centrale nucléaire d'Olkiluoto, sur l'île d'Eurajoki, dans l'ouest de la Finlande.

Photo : Getty Images / Sam Kingsley

Agence France-Presse

Le gouvernement suédois a donné son feu vert jeudi à l'enfouissement définitif des déchets radioactifs provenant des centrales nucléaires du pays nordique, dans un site souterrain conçu pour résister... 100 000 ans.

L'annonce de l'exécutif social-démocrate survient après des années d'atermoiements et quelques semaines après le départ du gouvernement des écologistes, opposés à cette solution.

Le site retenu se trouve à Forsmark, près d'une des deux centrales nucléaires suédoises en service, à environ 130 kilomètres au nord de Stockholm, près de la mer Baltique.

Imiter son voisin finlandais

Stockholm veut faire comme Helsinki, en Finlande, qui mène actuellement un chantier d'un site d'enfouissement dit final à Eurajoki, sur la côte sud-ouest du pays. Celui-ci, en cours d'achèvement, doit recevoir de premières cargaisons d'essai en 2023 et être opérationnel en 2025.

Les deux pays nordiques sont les premiers à avoir obtenu le feu vert pour ce type d'installations. En France, un projet d'enfouissement est en cours d'autorisation à Bure, dans le nord-est du pays.

« Avec la Finlande, nous sommes les premiers au monde à prendre nos responsabilités pour nos déchets nucléaires. Cela sera une solution de stockage final sûr, qui donne de la sécurité tant pour l'environnement que pour la population. »

— Une citation de  Annika Strandhäll, ministre suédoise de l'Environnement

Comme en Finlande, les barres de combustible usagées sont d'abord insérées dans des étuis en fonte. Ces étuis sont ensuite glissés dans 2800 silos en cuivre qui, dûment scellés, doivent théoriquement rester hermétiques pendant 100 000 ans.

À 500 mètres sous terre, ces silos doivent ensuite être insérés dans des cavités verticales condamnées par de gros bouchons de bentonite, de l'argile peu indurée, très peu perméable et souple.

Actuellement, près de 7500 tonnes de déchets radioactifs sont entreposées dans un site de durée moyenne ouvert il y a plus de 40 ans à Oskarshamn, sur la côte est suédoise.

Le projet est porté par SKB, société créée par les producteurs suédois d'électricité nucléaire pour gérer les déchets. Cette dernière a salué une décision historique, quand Greenpeace a déploré une décision avec 100 000 ans de conséquences.

L'ONG écologiste dénonce l'insécurité trop grande autour de la solution et une décision gouvernementale irresponsable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !