•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les migrants morts de froid au Manitoba étaient arrivés de l’Inde le 12 janvier

Les quatre membres de la famille dans une photo de groupe.

Jagdish Baldevbhai Patel, son fils Dharmik Jagdishkumar Patel, sa femme et la mère des enfants Vaishaliben Jagdishkumar Patel et leur fille Vihangi Jagdishkumar Patel.

Photo : La Presse canadienne / Amritbhai Vakil

La Gendarmerie royale du Canada a confirmé, jeudi, que les victimes retrouvées près d'Emerson, au Manitoba, sont les membres d'une famille de quatre personnes originaires de l'Inde.

Ces quatre migrants sont morts de froid près de la frontière canado-américaine la semaine dernière.

Le Haut-commissariat de l'Inde au Canada a également confirmé leur identité, jeudi.

Il s'agit d'un homme de 39 ans, Jagdish Baldevbhai Patel, de sa femme, Vaishaliben Jagdishkumar Patel, âgée de 37 ans, de leur fille de 11 ans, Vihangi Jagdishkumar Patel et de leur garçon, Dharmik Jagdishkumar Patel, âgé de 3 ans.

Selon les informations de la police, la famille Patel est arrivée au Canada à l'aéroport de Toronto le 12 janvier. Elle s’est ensuite rendue à Emerson aux environs du 18 janvier.

Comme il n'y avait pas de véhicule abandonné du côté canadien, la GRC croit que la famille a été reconduite jusqu’à la frontière canado-américaine près d'Emerson, où elle aurait été déposée, indique le porte-parole de la GRC au Manitoba, le sergent Paul Manaigre.

Tout indique qu'il s'agit d’un cas de passage de clandestins, selon la police.

La police cherche à retracer le parcours de la famille

La GRC cherche à retracer leur parcours au Canada, sur une période de six jours, et demande l’aide des gens qui pourraient les avoir vus dans des hôtels, des stations-service ou des restaurants, par exemple.

Est-ce qu'il y a des magasins, des restaurants, des endroits où cette famille serait arrêtée pour acheter de la nourriture ou des couches pour l'enfant? Il y a des personnes qui les ont vus. On leur demande de nous appeler pour nous fournir de l'information, a demandé le sergent Manaigre.

Les personnes qui ont de l'information peuvent contacter l'Unité des crimes majeurs de la GRC du Manitoba au (431) 488-8551 ou encore entrer en contact avec Échec au crime.

À la suite des autopsies pratiquées mercredi, la GRC a également pu confirmer que les quatre membres de la famille sont morts d'hypothermie.

La police avait d'abord identifié les victimes comme étant un homme, une femme, un adolescent et un bébé. Jeudi, la GRC s'est excusée pour la mauvaise identification initiale d'une des victimes et pour le temps écoulé avant que les autopsies puissent être pratiquées. L'identification des corps a été rendue difficile parce qu’ils étaient gelés et tous emmitouflés, explique la police.

Un champ au sud du Manitoba le 20 janvier 2022.

Ce champ près de l'endroit où les 4 victimes ont été retrouvées mortes de froid montre les conditions difficiles de l'étendue manitobaine en hiver.

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

Jeudi dernier, la police disait croire que la famille avait tenté de traverser la frontière lors d’une tempête de neige, par un froid glacial.

Un Américain de la Floride, Steve Shand, a été arrêté au Minnesota ce jour-là, et accusé de passage de clandestins.

Lundi, Steve Shand a comparu devant la justice américaine et a été libéré sous plusieurs conditions.

La police pense que le groupe de personnes qu’il aurait tenté de faire passer aux États-Unis, toutes originaires de l’Inde, comprenait la famille morte de froid.

Sept autres membres du groupe étaient en détention depuis leur arrestation aux États-Unis.

Jeudi, six d’entre elles ont été mises en liberté surveillée. La septième personne a été libérée avec engagement pour des raisons humanitaires, a indiqué dans un courriel le porte-parole du Service de la douane et de la protection des frontières des États-Unis, Kris Grogan.

Tous les sept devront se rapporter au Service de l'immigration et de l'application des règles douanières des États-Unis à une date ultérieure, selon Kris Grogan.

Une enquête de longue haleine

La GRC précise que l’enquête en cours prendra des mois et qu’elle comprend plusieurs partenaires internationaux.

La GRC fait ainsi affaire avec des agents de liaison postés à New Delhi en Inde ainsi qu’à Washington. Elle travaille également de concert avec les autorités américaines.

Six personnes ont d'ailleurs été arrêtées en Inde après la découverte des corps au Canada.

Le Haut-commissariat de l'Inde à Ottawa et le consulat du pays à Toronto travaillent également en étroite collaboration avec les autorités canadiennes sur l'enquête, selon un communiqué du Haut-commissariat.

Une équipe spéciale dirigée par un agent consulaire principal se trouve au Manitoba pour aider les enquêteurs et offrir des services consulaires. Le sergent Manaigre confirme qu'une opération s'organise pour rapatrier les corps des quatre victimes en Inde.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.