•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parents dans les écoles de la DSFM pour pallier le manque d’enseignants

L'École Noël-Ritchot.

La mesure vise à combler le manque de personnel certifié pour enseigner dans les écoles de la DSFM. (archives)

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

Radio-Canada

La Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) permettra aux parents qualifiés de faire de la suppléance dans ses écoles.

La décision a été prise mercredi lors de la réunion mensuelle des commissaires. Cette mesure vise à compenser le manque de personnel certifié pour enseigner dans les écoles du réseau.

Le directeur général de la DSFM, Alain Laberge, explique que cette décision sera valable jusqu’à la fin de l’année scolaire 2021-2022.

«  On ne peut pas se passer de gens qui ont un diplôme pour enseigner. »

— Une citation de  Alain Laberge, directeur général, Division scolaire franco-manitobaine

De façon globale, nous avons un taux d’absentéisme de 15 à 18 % au sein de notre personnel. Au rural, la pénurie se fait encore plus sentir, et les ressources sont plus limitées, souligne-t-il.

Alain Laberge veut prioriser les parents volontaires ayant un certificat en enseignement pour être suppléants, qu’ils fassent ou non partie des comités scolaires.

Cependant, en raison du peu de candidats potentiels, il aimerait recourir à des parents n’ayant pas de certificat en enseignement, mais ayant un domaine d’expertise intéressant. Si vous êtes mathématicien, mais que vous n’avez pas de certificat en éducation, vous pourriez nous venir en aide en maths, suggère-t-il à titre d'exemple.

Alain Laberge assure que tous les parents volontaires feront l’objet d’un contrôle des antécédents criminels avant d’être en contact avec les élèves.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !