•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les contacts rapprochés n’ont plus besoin de s’isoler en Saskatchewan

Avec ces nouvelles directives, le gouvernement entre dans « l’ère Omicron ».

Deux personnes à Regina, en Saskatchewan, font du patin en hiver tout en portant un masque pour se protéger de la COVID-19.

Les personnes qui sont des contacts rapprochés de personnes ayant la COVID-19 sont priées de surveiller leurs symptômes et d’effectuer des tests rapides afin d’éviter les risques de contagion. (archives)

Photo : Radio-Canada / Rob Kruk

Joseph Elfassi

Les contacts rapprochés de personnes déclarées positives à la COVID-19 n’ont plus besoin de s’isoler, peu importe leur statut vaccinal, selon les dernières directives du gouvernement de la Saskatchewan publiées jeudi.

Les contacts rapprochés sont priés de surveiller leurs symptômes et d’effectuer des tests rapides afin d’éviter les risques de contagion.

Les parents d’enfants infectés ne doivent plus avertir les établissements scolaires afin d’identifier les contacts rapprochés. Les élèves devront donc s’absenter quelques jours et s’abstenir de participer aux activités pendant cette période.

La pandémie n’est pas terminée, mais nous entrons dans une phase différente, a affirmé le ministre de la Santé, Paul Merriman, en conférence de presse jeudi. Nous adoptons les mesures suivantes en fonction des conseils du médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr Saqib Shahab, en collaboration avec son équipe.

Nous continuons de suivre les tendances en Saskatchewan, afin d’informer le public et de collaborer avec le réseau de la santé, explique le Dr Shahab, ajoutant que le taux d’hospitalisations plus bas de l’ère Omicron justifie la mise à jour de ces mesures sanitaires.

À partir du 28 janvier, les personnes ayant reçu un résultat positif à un test rapide ou à un test PCR devront s’auto-isoler pendant cinq jours, qu’elles soient vaccinées ou non.

La province réduit ainsi de moitié la période de quarantaine imposée aux personnes infectées. Il faudra cependant attendre entre 24 et 48 heures après la disparition des symptômes si ceux-ci se manifestent.

Les personnes non vaccinées ayant obtenu un résultat positif à un test de dépistage de la COVID-19 peuvent demander de raccourcir leur période d’isolement à partir du 28 janvier, si elles sont asymptomatiques.

Notre politique continue d’évoluer en fonction de ce qui se présente, en fonction des données, rappelle Paul Merriman. Ce qu’on voit, c’est qu’Omicron est différent de Delta, et nous devons prendre cela en compte.

Les mesures sanitaires sont encore en vigueur, rappelle la province. Les masques sont toujours requis à l’intérieur des lieux publics, l’auto-isolement est exigé pour les cas confirmés de COVID-19, et la preuve vaccinale ou la preuve d’un test négatif s’appliquent toujours dans les lieux publics.

Des nouvelles qui font réagir

Le médecin spécialiste en maladies infectieuses à l’Hôpital général de Regina, Alexander Wong s'attend à ce que les hospitalisations augmentent encore dans la province au cours des deux prochaines semaines, surtout dans les zones rurales.

Le chef de l’opposition officielle Ryan Meili se dit préoccupé par cette décision du gouvernement provincial.

« Dans un moment de crise, quand on voit nos hôpitaux qui sont surchargés, ce n’est pas le moment de réduire les efforts, c’est le moment d’en faire plus.  »

— Une citation de  Ryan Meili, chef de l’opposition officielle de la Saskatchewan

Pour sa part, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCPF) estime qu’il est irresponsable de ne plus avertir les écoles qu'un enfant est un contact proche d’une personne atteinte de la COVID-19.

Selon le SCPF, ce message pourrait inciter les gens à ne pas se faire vacciner contre la COVID-19, ce qui va causer encore plus d'anxiété pour les élèves et leurs parents.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !