•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les patineuses de vitesse canadiennes veulent gagner... avec style

Isabelle Weidemann, Valérie Maltais et Ivanie Blondin pendant une compétition de patinage de vitesse sur longue piste.

Les Canadiennes ont remporté l'or à la poursuite par équipe à la première Coupe du monde dans la bulle de Heerenveen.

Photo : Patinage de vitesse Canada

Les patineuses de vitesse canadiennes longue piste auront un style différent lors des Jeux olympiques de Pékin. Isabelle Weidemann, Valérie Maltais et Ivanie Blondin porteront des casques modifiés, conçus par l’athlète franco-ontarienne, lors de l’épreuve de poursuite.

Le projet a occupé beaucoup du temps d'Ivanie Blondin dans les dernières semaines. Il est pourtant parti d’une blague entre elle et ses coéquipières.

« Notre entraîneur nous avait acheté des casques gris parce qu’il trouvait que ça avait l’air cool. Nous, on préférait le noir parce que nos têtes ont l’air moins grosses, rigole Ivanie Blondin. Quand on a reçu les casques gris, on [se disait] toutes "C’est quoi ça?"», poursuit l’athlète d’Ottawa en riant.

Cinq casques noirs aux couleurs du Canada sont alignés sur une table.

Les patineuses de l'équipe de poursuite du Canada porteront ces casques lors des Jeux olympiques de Pékin.

Photo : Gracieuseté de Ivanie Blondin

Ivanie Blondin s’est d'abord informée auprès de compagnies spécialisées qui demandaient toutes entre 600 $ et 1000 $ par casque pour le modifier. Elle a donc décidé de prendre les choses en main avec sa coéquipière Abigail McCluskey, qui ne s’est finalement pas qualifiée pour les Jeux.

« J’ai commencé à faire de la recherche en ligne et j’ai dit en blague à Valérie [Maltais] que j’allais essayer de peinturer mon casque. C’est ce que j’ai finalement fait. »

— Une citation de  Ivanie Blondin, multiple médaillée en Coupe du monde

Après plusieurs essais et erreurs, l’athlète de 31 ans a choisi des couleurs noires et des motifs de feuille d’érable, qui ont été mis bien en évidence sur le casque. Elle a regardé de nombreuses vidéos sur Youtube pour savoir comment faire. Le travail, minutieux, lui a demandé plus d’une semaine d’efforts.

Il fallait polir tout le casque. C’est beaucoup de travail parce que ce n’est pas une surface plate. J’ai mis un plastique pour protéger l’intérieur et j’ai tout peinturé en rouge. Ensuite j’ai mis des autocollants et j’ai peint le reste, explique-t-elle.

Après plusieurs couches de peinture en aérosol, le travail n’était pas terminé. Il y avait plusieurs petites imperfections qui enlevaient un peu de noir ou de rouge ici et là. Il a fallu prendre un petit pinceau et faire des retouches. On a ensuite mis une touche de finition pour le protéger, dit-elle.

Mais, au final, une grosse feuille d’érable, bien en évidence, marque le coup, suivie de plusieurs petites feuilles qui semblent voler dans les airs. Le résultat a l'air professionnel.

Des casques noirs et rouge avec une feuille d'érable sont posés sur une table.

Ces casques qui seront portés aux Jeux olympiques de Pékin.

Photo : Gracieuseté de Ivanie Blondin

Les filles étaient surprises et excitées quand elles ont vu les casques. Les gens les regardent et n’en reviennent pas que ce soit fait maison. On est le Canada, on veut pas des casques juste blah! On va très bien paraître. Look good, feel good je pense, s’emballe Ivanie Blondin, qui en sera à ses troisièmes Jeux olympiques.

Un passe-temps pour contrôler son stress

Même si les journées de la patineuse sont déjà bien remplies, elle a l’habitude de se trouver de nouveaux passe-temps pour contrôler son stress à l’approche de grandes compétition. Je remplis mes journées. Ça me permet de gérer mon stress, explique la patineuse.

En plus du plaisir de concevoir l’équipement, Ivanie Blondin a trouvé une confiance renouvelée avec ces casques personnalisés.

Ivanie Blondin effectue un virage sur l'anneau de glace.

Ivanie Blondin du Canada lors d'une épreuve de patinage de vitesse longue piste aux Jeux olympiques de 2018

Photo : Getty Images / Dean Mouhtaropoulos

Quand la lumière brille sur le casque, ça donne de l’éclat, c’est vraiment cool. Tu te sens bien et ça donne un avantage. On va avoir l’air sharp sur la glace. Plusieurs pays font la même chose, mais ils demandent à des compagnies de faire leurs casques. Les nôtres vont bien avec nos uniformes, on est vraiment excités, confie Blondin, qui participera à cinq épreuves olympiques.

Isabelle Weidemann, Ivanie Blondin et Valérie Maltais représentent un immense espoir de médaille dans l’épreuve de poursuite qui aura lieu le 15 février. Les troispatineuses pourraient aussi remporter d’autres médailles dans leurs courses individuelles. Espérons que leurs nouveaux casques leur donneront des ailes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !