•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le message sur les mesures sanitaires en Saskatchewan est « confus », dit Stephen Kenny

Les points de vue du Dr Shahab et du premier ministre sont en parfaite contradiction, selon l’analyste Stephen Kenny.

Scott Moe marche, suivi par le Dr Saqib Shahab, dans un corridor.

« Qui écouter, entre le premier ministre et le médecin hygiéniste en chef de la province », se questionne l'analyste politique Stephen Kenny. (archives)

Photo : The Canadian Press / Michael Bell

Joseph Elfassi

Mercredi, le premier ministre Scott Moe affirmait en entrevue que les mesures sanitaires seraient bientôt levées en Saskatchewan. Quelques heures plus tard, le médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan, Saqib Shahab, disait que les mesures sanitaires devraient être en vigueur jusqu’à la fin du mois de février.

C’est un message confus. Le premier ministre et son médecin hygiéniste semblent ramer dans différentes directions, affirme le professeur émérite d'histoire de l'Université de Regina et observateur de la scène politique provinciale Stephen Kenny, en entrevue avec Rose Nantel à l'émission Point du jour, jeudi.

Soit le premier ministre et le Dr Shahab sont carrément en désaccord, explique Stephen Kenny, soit il y a une absence totale de communication entre le médecin hygiéniste et l’Autorité de la santé de la Saskatchewan, ou bien le gouvernement est carrément en train de bâillonner le Dr Shahab.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

M. Kenny souligne que le Dr Shahab semble faire cavalier seul au sein du gouvernement depuis le départ soudain de Scott Livingstone à la tête de l’Autorité de la santé de la Saskatchewan, en décembre.

Depuis, il n’y a aucune personne avec la moindre formation médicale ou expertise scientifique dotée d'une autorité décisionnelle, soutient-il.

M. Kenny fait référence au directeur du Centre provincial des opérations d'urgence, Marlo Pritchard, au chef des opérations intérimaire à l'Autorité de la santé de la Saskatchewan, Derek Miller, et au directeur par intérim de l’Autorité de la santé, Andrew Will.

Sans oublier, plus récemment, l’inclusion d’un parfait apparatchik du gouvernement, Raynelle Wilson, désormais vice-présidente aux relations aux entreprises privées, une embauche qualifiée de copinage par la Fédération des travailleurs de la Saskatchewan.

Alors que Scott Moe envisage la fin des mesures sanitaires, le Dr Saqib Shahab prédit que 10 % à 30 % de la population de la province seront infectés pendant la vague actuelle du variant Omicron.

À mon avis, le premier ministre met la charrue avant les bœufs. Il devrait respecter les scientifiques davantage et comprendre qu’on n’est pas encore sortis de l’auberge, dit Stephen Kenny.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !