•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Fédération des parents de l’Île-du-Prince-Édouard appuie le retour en classe

Une enfant vue de dos, portant ses habits d'hiver et un sac orné d'un chat, se dirige vers l'école en compagnie d'un adulte.

Les élèves de l’Île-du-Prince-Édouard retourneront sur les bancs d’école lundi. Cette décision a été annoncée par la province mercredi.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La directrice de la Fédération des parents de l’Île-du-Prince-Édouard, Anastasia Desroches, a affirmé que son organisme appuie la décision des autorités sanitaires de la province de reprendre les classes en personne à compter du lundi 31 janvier. La directrice reconnaît néanmoins que cette reprise des cours sur place pourrait susciter des inquiétudes chez certains parents.

Les classes à l'île sont donnés à distance depuis la rentrée scolaire de janvier.

Selon Anastasia Desroches, la province a su bien gérer la pandémie depuis mars 2020, malgré l’augmentation du nombre de cas, d'hospitalisations et de décès ces dernières semaines.

« On a confiance que la province prend cette décision avec toute l’information qu’elle peut avoir pour garder nos enfants en sécurité, tout en sachant qu’on les veut à l’école.  »

— Une citation de  Anastasia Desroches, directrice de la Fédération des parents de l’Île-du-Prince-Édouard

Elle rappelle que les autorités de l’île ont toujours révisé leurs décisions concernant la pandémie en fonction des données épidémiologiques et des risques.

Des modèles faisant une évaluation du nombre de cas et d’hospitalisations qui pourraient être recensés dans les prochaines semaines ont été présentés lors de la conférence de presse des autorités mercredi.

Le fait que la province ait fait ce travail de planification rassure les parents, selon Anastasia Desroches.

Pour la directrice de l'organisme, le retour en classe sera essentiel dans l’apprentissage des élèves francophones. Dans une communauté minoritaire francophone, avoir les enfants en classe, surtout les jeunes en situation de francisation, c’est vraiment important , ajoute-t-elle

Les risques

Anastasia Desroches reconnaît néanmoins que les cours en personne pourraient susciter des inquiétudes chez certains parents. Je pense qu’il y a un risque quand on sort de la maison, il y a toujours un risque, souligne-t-elle.

Les avis sur le retour en classe seraient ainsi mitigés chez les parents, ajoute la directrice de la fédération. Je pense que c’est un soulagement pour certains et cela apporte des inquiétudes pour d’autres, explique-t-elle.

Selon la santé publique, l’île pourrait connaître une augmentation dans le nombre de cas et d’hospitalisations avec le retour des classes en personne.

Les projections de la province montrent que le plus grand nombre d’hospitalisations à cause de la COVID-19 devra être recensé entre le 2 et le 9 février.

La province mettra néanmoins en place des mesures dans les établissements scolaires, comme le système de cohortes, le dépistage et le port du masque, afin de réduire les risques.

Une annonce sur les protocoles sanitaires à suivre par les écoles est attendue jeudi.

Avec des informations de Julien Lecacheur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !